Les données se réfèrent à l’année 2012, au cours de laquelle 1 304 nouveaux patients atteints de LNH ont été diagnostiqués en Israël. Israël a 18,1 patients atteints de lymphome pour 100 000 hommes et 14,6 patients pour 100 000 femmes, rapporte le quotidien Ynet.

Le taux de mortalité est de 4,8 pour 100 000 hommes et de 3,5 pour 100 000 femmes. Le Liban est le seul pays ayant un taux de mortalité plus élevé.

Selon la professeure Ora Paltiel, hématologue à l’Université hébraïque de Jérusalem, ces chiffres alarmants peuvent être expliqués par une composante génétique : « Les études montrent que les Juifs sont une population présentant un risque plus élevé de contracter ce type de maladies. »

La seconde composante de cette explication est la forte exposition aux pesticides, d’après Paltiel. « Parce qu’Israël est un très petit pays sans séparation entre les zones agricoles et non agricoles, il y a une plus forte exposition aux pesticides. »

25 531 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués en Israël en 2012.

Au cours de cette année, 10 640 sont décédées d’un cancer. Selon des prévisions, une personne sur trois en Israël aura un cancer au cours de sa vie.

« Il y a plus de 200 000 personnes vivant en Israël qui ont été diagnostiqués comme ayant développé un cancer », affirme Miri Ziv, directrice générale de l’Association israélienne du cancer.

« La fréquence augmente avec l’âge, mais le taux de mortalité diminue grâce à une détection précoce et à l’amélioration des traitements. »

Le type le plus commun de cancer chez les hommes en Israël est le cancer de la prostate, alors que les femmes sont touchées fortement par le cancer du sein.