Un quotidien belge a licencié l’un de ses éditorialistes qui avait salué l’assassinat de quatre soldats israéliens à Jérusalem.

De Standaard, quotidien flamand de gauche, a annoncé lundi qu’il ne publierait plus de chroniques de Dyab Abou Jahjah, militant belge né au Liban qui a appelé à des attaques violentes contre les Israéliens juifs.

La veille, les juifs belges avaient condamné sur Twitter les propos d’Abou Jahjah, qui a notamment déclaré « par tous les moyens nécessaires, #PalestineLibre » après un attentat au camion bélier qui a tué quatre soldats en visite à Jérusalem.

Il a également écrit sur Facebook que l’attaque n’était « pas du terrorisme, mais de la résistance. »

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l'armée israélienne)

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l’armée israélienne)

Abou Jahjah, partisan du Hezbollah qui a accusé Israël de génocide, écrivait pour le De Standaard toutes les semaines depuis trois ans.

« Le débat a des limites, et pour nous, la limite est le soutien à la violence de toute sorte », a annoncé le quotidien dans un éditorial annonçant le renvoi d’Abou Jahjah.

Le Forum des organisations juives flamandes a déclaré lundi dans un communiqué qu’il était « choqué » par les propos d’Abou Jahjah, et appelé les « médias lui offrant une scène » à cesser de publier ses écrits.

En 2015, Abou Jahjah avait déclaré que le maire d’Anvers était un « suceur de b*tes sionistes » sur Twitter. Il a financé une association musulmane européenne qui a publié sur son site internet une photographie d’Anne Frank au lit avec Adolf Hitler, ainsi qu’une caricature suggérant que les juifs avaient inventé l’Holocauste.

Le Jewish Chronicle of London a décrit Abou Jahjah, qui a posé pour une photographie avec un fusil d’assaut AK-47 au Liban, comme un ancien combattant du Hezbollah.

Après les attentats du 11 septembre à New York, Abou Jahjah avait exprimé son « sentiment de victoire ». Il avait déclaré qu’Anvers, qui compte une importante communauté juive orthodoxe, la « capitale internationale du lobby sioniste », selon NRC.

Dans un entretien publié l’année dernière par le quotidien hollandais Volkskrant, Abou Jahjah a défendu ses affirmations selon lesquelles le drapeau israélien est comparable à celui de l’Allemagne nazie, « parce que les deux pays ont pratiqué le nettoyage ethnique. » Il a affirmé que cette déclaration n’était pas antisémite.