Un journaliste de la BBC a fermement nié des accusations jeudi qu’un tweet composé un jour plus tôt sur le discours devant le Congrès américain du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait des relents d’antisémitisme.

Jeremy Bowden, qui couvrait l’allocution controversée du dirigeant israélien sur l’Iran à Washington, a tweeté que le dirigeant avait mentionné Elie Wiesel, un survivant des camps de concentration nazi, et a ensuite ajouté que Netanyahu jouait encore la « carte de l’Holocauste ».

Le tweet a immédiatement été fustigé par des groupes juifs et des utilisateurs des réseaux sociaux.

« L’idée de M. Bowen est que lorsqu’un dirigeant israélien mentionne l’Holocauste, il est malin, manipulateur, agissant de mauvaise foi, ‘jouant une carte’ pour en tirer un petit avantage dans la politique contemporaine, sans vraiment exprimer une pensée sincère sur l’Holocauste ou une peur sincère d’un deuxième Holocauste nucléaire », a écrit Alan Johnson sur le site internet Jewish Chronicle.

« Se moquer et attaquer… [Netanyahu], rejeter ses paroles comme ‘jouant la carte de l’Holocauste’ ; c’est vraiment une terrible honte, » a conclu Johnson.

De son côté, Bowen a expliqué que les accusations contre lui étaient infondées.

« J’ai lu plusieurs tweets récents publiés dans mon sens. Des suggestions que je suis antisémite, ou un négationiste de l’Holocauste sont fausses et offensantes », a ensuite tweeté Bowen.

La BBC a aussi répondu aux commentaires de Bowen, affirmant que le journaliste avait employé un raccourci journalistique pendant la séance de tweet en direct sur le discours de Netannyahu.

« Le contexte de son commentaire est qu’une majeur partie de la critique du Premier ministre Benjamin Netanyahu de l’accord proposé avec l’Iran était basée sur le spectre d’un autre Holocauste », pouvait-on lire dans une déclaration de la BBC, selon le Guardian.

« Le tweet de Jeremy [Bowen] avait pour but de refléter ce contexte. Il refuse catégoriquement toute suggestion d’antisémitisme ».

Wiesel, prix Nobel et survivant de l’Holocauste avait annoncé son soutien au discours du Congrès de Netanyahu sur le programme nucléaire iranien avant l’événement.

Le Premier ministre israélien s’est exprimé devant le Congrès américain mardi, après avoir accepté le mois dernier une invitation du Républicain John Boehner (R-Ohio), président de la Chambre de Représentants américaine, même si Boehner n’avait pas demandé l’avis du Président Barack Obama et des Démocrates au Congrès sur cette invitation.