Un grand magasin suédois a annoncé qu’il retirait de ses rayons des figurines de soldats allemands de la Seconde guerre mondiale.

Cette décision a été prise suite à de nombreuses plaintes déposées par des clients qui leur reprochaient leur ressemblance avec les soldats SS.

Le magasin Gekas à Ullared a indiqué qu’il retirait de la vente ces jouets fabriqués par la compagnie Cobi.

« Ce n’est pas un idéal que nous souhaitons promouvoir », a déclaré le PDG de Gekas, Boris Lennerhov, la semaine dernière selon The Local, un site d’information suédois en anglais.

Cobi fabrique de figurines de soldats de la Seconde Guerre mondiale et leurs équipements.

Les clients auraient été choqués après avoir vu les symboles de l’armée allemande sur des équipements et des tanks conduits par des soldats
« nazis » souriants.

En octobre, la chaîne de prêt-à-porter barcelonaise Mango, qui appartient à un Juif, a fait l’objet de critiques pour avoir mis en vente un chemisier orné d’un motif qui ressemblait à un éclair et qui selon de nombreuses personnes ressemblait à l’insigne des SS.

Haut controversé Mango flanqué du symbole SS (Crédit : Mango)

Haut controversé Mango flanqué du symbole SS (Crédit : Mango)

Selon le quotidien Haaretz, certains clients ont surnommé ce chemisier « la chemise SS », « la collection Eva
Braun », ou tout simplement « Nazi chic ».

Certains ont établi un parallèle entre le nom de la chemise, « Blitz » ou éclair en allemand, et le « Blitzkrieg » des Nazis, ou guerre éclaire.

En août, Zara avait suscité la colère de ses clients en proposant un polo blanc avec des rayures horizontales foncées pour enfant avec une attrayante étoile jaune de David sur le côté gauche du polo.

Ce produit portait le nom de « Sheriff » et lorsqu’on examinait de près le polo, on pouvait effectivement voir ce mot imprimé sur l’étoile. Pour de nombreuses personnes, il ressemblait à l’uniforme que les victimes des camps de concentration étaient obligées de porter.

A cause de la pression des consommateurs, il a été retiré de la vente des magasins britanniques.

Le magazine israélien Daily Globes avait annoncé que Zara avait retiré les stocks de ses entrepôts et comptait les détruire.

Ce n’est pas la première fois que Zara crée un style inapproprié et potentiellement antisémite.

En septembre 2007, la chaîne de prêt-à-porter a dû faire face à la colère de la communauté juive britannique et a été obligée de retirer une collection de sacs à main de ses magasins en Grande-Bretagne après que l’on ait remarqué que le design de ce sac était composé d’une croix gammée.