Un million de dollars collecté pour une créatrice de mode orthodoxe dont le mari est mort subitement
Rechercher

Un million de dollars collecté pour une créatrice de mode orthodoxe dont le mari est mort subitement

Des partisans en ligne se mobilisent pour aider Simi Polonsky, co-fondatrice de The Frock NYC

Simi Polonsky, à gauche, avec son mari Shua. (Crédit : The Frock NYC / Instagram via JTA)
Simi Polonsky, à gauche, avec son mari Shua. (Crédit : The Frock NYC / Instagram via JTA)

Il y a quelques mois, Simi Polonsky publiait des photos d’elle sur Instagram vêtue de tenues chics, modestes et colorées – le genre de vêtements à la mode qui adhèrent aux normes vestimentaires juives orthodoxes. Polonsky est l’une des co-fondatrices de The Frock NYC, un label de mode créé en 2010 qui a suscité un énorme buzz alors que l’industrie incorpore des styles plus sages et religieux dans son ensemble.

Ces jours-ci, la page Instagram de The Frock est beaucoup plus sombre. Le mari de Polonsky, Shua, est décédé le 9 novembre d’une maladie contractée seulement quelques semaines auparavant.

Sur la page Instagram de l’entreprise, elle a abordé ses combats, religieux ou non, pour faire face à l’état de santé et à la mort éventuelle de son époux. Une semaine avant son décès, elle a écrit qu’elle pensait qu’elle devrait fermer The Frock.

Elle a également posté plusieurs photos de famille sur le compte, et dans l’une d’elles, a raconté comment un médecin a donné son fatal diagnostic à Shua.

Aussi difficile que se soit pour Simi et ses deux jeunes enfants, ils ont pu se consoler grâce à la popularité d’une campagne de collecte de fonds sur le site de crowdsourcing Charidy, qui a levé mercredi plus d’un million de dollars réparti en près de 9 000 dons.

Une description sur la page Charidy note que Polonsky est enceinte d’un troisième enfant.

Polonsky ainsi que sa co-fondatrice, sa soeur Chaya Chanin sont toutes les deux australiennes. Elles ont fondé The Frock NYC en 2010 pour « se montrer modeste », comme Polonsky l’a déclaré au New York Post plus tôt cette année. Certains membres de la communauté orthodoxe se plaignent que tout ce qui touche à la modernité est trop lourd, bien que la ligne ait été un succès à petite échelle.

Shua Polonsky, un thérapeute élevé à Cleveland, était âgé seulement de 31 ans au moment de sa mort.

« Je sais que personne ne pourra guérir mon cœur brisé, mais à l’heure où je ne peux plus garder mes bras levés, votre amour et votre soutien sont les rochers qui me soutiennent », a écrit Simi sur Instagram mardi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...