Le ministre du Logement, Yoav Galant, (Koulanou) a affirmé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu prenait à son crédit sa propre idée de 2010 pour remanier la clôture à la frontière d’Israël avec l’Egypte, selon un enregistrement publié mardi.

« Cela m’a pris du temps pour convaincre le gouvernement de la construire, et oui, Bibi a mis l’argent, mais depuis cela je ne cesse d’entendre ce mensonge selon lequel Bib a construit la clôture », peut-on entendre dire Galant, ancien chef du commandement sud de l’armée, sur un enregistrement diffusé mardi par la radio militaire.

Netanyahu vantait à l’époque la barrière en fil barbelé de cinq mètres de haut comme un moyen pour limiter le nombre croissant de migrants africains et de réfugiés qui entraient en Israël via la péninsule égyptienne du Sinaï.

Cependant, à la suite de la révolution égyptienne de 2011 qui a entraîné une poussée des activités terroristes jihadistes le long de la frontière, Israël a amélioré la barrière d’acier pour y inclure des caméras, des radars, et des détecteurs de mouvement.

Le Premier ministre a vanté à plusieurs reprises la clôture comme la pierre angulaire de l’appareil de sécurité israélien dans le sud.

Le ministre du Logement et député Koulanou Yoav Galant (Crédit : Capture d'écran Ynet)

Le ministre du Logement et député Koulanou Yoav Galant (Crédit : Capture d’écran Ynet)

En 2010, Galant a contribué à créer l’unité de commando spécialisée Rimon, qui était chargée de contrecarrer les menaces du Sinaï.

« Il a réalisé avant quiconque qu’il y aurait besoin de s’occuper de la frontière sud », a déclaré en 2011 au quotidien Haaretz un officier qui avait servi sous le commandement de Galant.

Galant a été un candidat de choix pour prendre le contrôle de l’armée en 2010, mais a retiré son nom à la suite d’un scandale impliquant l’utilisation de terrains publics pour son propre usage devant sa maison.

En début de mois, Netanyahu avait fait les gros titres après avoir annoncé son intention « d’entourer l’Etat d’Israël tout entier d’une clôture », y compris en fermant les ouvertures dans la barrière de sécurité de Cisjordanie.