Un important ministre britannique a prévenu ce week-end que le groupe terroriste Etat islamique (EI) pourrait vouloir mener des attaques chimiques qui pourraient entraîner un grand nombre de victimes en Europe.

Ben Wallace, ministre britannique de la Sécurité, a déclaré au cours d’une interview accordée au Sunday Times que, même s’il n’existe actuellement aucun renseignement attestant d’une attaque prévue, l’EI n’a « aucune objection morale à utiliser des armes chimiques contre les populations, et s’il le pouvait, il le ferait dans ce pays. »

Il a ajouté que « le nombre de victimes qui pourrait être touchées serait la pire crainte de tout le monde. »

Wallace a également noté que « l’ambition de l’EI » est de « blesser autant de personnes que possible, et de terroriser autant de personnes que possible », et qu’une attaque chimique serait l’une des méthodes les plus efficaces pour atteindre cet objectif.

Comme preuve des ambitions de l’EI à mener une attaque chimique en Europe, Wallace a indiqué les récents rapports attestant que le groupe terroriste a utilisé des armes chimiques à des dizaines d’occasions en Irak et en Syrie, ainsi qu’un rapport publié en décembre par Europol, l’agence regroupant les forces policières de l’Union européenne, selon lequel l’EI pourrait mener un attentat à l’arme chimique en Europe.

Ben Wallace, ministre britannique de la Sécurité. (Crédit : CC BY-SA/Wikipedia)

Ben Wallace, ministre britannique de la Sécurité. (Crédit : CC BY-SA/Wikipedia)

Wallace a également souligné que le démantèlement d’une cellule de l’EI au Maroc au mois de février était une preuve supplémentaire des intentions du groupe.

Dans cette affaire, les autorités marocaines ont « découvert des substances chimiques et biologiques ainsi qu’un vaste stock d’engrais. Les substances trouvées pourraient avoir été utilisées dans le but de fabriquer des explosifs artisanaux, et pourraient avoir été transformées en toxines mortelles. »

Alors que l’EI continue à perdre ses bastions en Irak et en Syrie, le groupe pose dorénavant une menace plus importante encore pour le Royaume-Uni, puisque les ressortissants britanniques combattant aux côtés du groupe terroriste « voudront probablement rentrer à la maison » et y mener des attentats terroristes, a prévenu Wallace.

Il a ajouté qu’ « il y aura aussi ces personnes qui ont voulu partir là-bas, mais sont dorénavant dans l’impossibilité de le faire. Leur frustration ne peut en être que plus forte. »

Les services de renseignement britanniques estiment qu’environ 800 citoyens britanniques sont partis combattre aux côtés de l’EI en Irak et en Syrie, et qu’environ la moitié d’entre eux sont revenus au Royaume-Uni, selon le Sunday Times, tandis que 100 autres auraient été tués.

Les analystes et les agences de renseignement pensent que l’EI possède un arsenal de gaz moutarde, qu’il a pu produire lui-même grâce à l’aide des experts en armement chimique de Saddam Hussein, qui travaillent dorénavant au service de l’organisation terroriste.