La découverte d’un monastère byzantin dans le nord du Néguev a été révélée au public mardi.

Le monastère a été excavé près de l’entrée du village bédouin de Hura par l’Autorité israélienne des antiquités. Sa découverte remonte à 1989 quand Israël avait fait construire une nouvelle route pour relier le village au système routier, dans un effort de sédentarisation des Bédouins semi-nomades.

Le monastère date lui du VIème siècle. Ses sols en mosaïque sont ornés de formes géométriques.

Le sol de la salle de prière est décoré de feuilles de différentes couleurs, encadrées par trois bordures aux motifs différents.

Celui de la salle à manger est orné d’oiseaux colorés, de carafes, d’amphores, de paniers, de fleurs et de feuilles. D’autres formes géométriques y figurent également. L’arrière-plan est en forme de diamant.

Un archéologue nettoie le sol en mosaique qui décorait le monastère du village bédouin de Hura dans la partie nord du Néguev (Crédit : Flash 90)

Un archéologue nettoie le sol en mosaïque qui décorait le monastère du village bédouin de Hura dans le nord du Néguev (Crédit : Flash 90)

Sur les sols, sont inscrits des textes en grec. Les noms des abbés du monastère y figurent – Elie, Nonos, Salomon et Ilrion – ainsi que les dates de construction du monastère. L’un des textes est également traduit en langue syriaque.

Selon les textes, les sols de mosaïque auraient été posés dans la deuxième moitié du VIème siècle.

Le bâtiment s’est effondré à la fin de l’ère byzantine. Les pièces de l’aile orientale, décorées principalement de mosaïques blanches, ont pour la plupart été détruites par l’érosion du terrain. Cependant, l’aile occidentale a survécu, a-t-on appris mardi.

Un archéologue nettoie le sol en mosaique qui décorait le monastère du village bédouin de Hura dans la partie nord du Néguev (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

L’une des inscriptions en grec, qui figuraient dans le monastère du village bédouin de Hura, dans le nord du Néguev (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

En plus des sols, de nombreux objets ont été excavés sur le site, tels que des récipients, des bols, de la poterie, des objets en verre et des pièces de monnaie.

La presse était invitée sur les lieux pour prendre des photos mais le site n’est pas encore ouvert au public, pour des raisons de sécurité.

L’Autorité israélienne des antiquités, la compagnie nationale des routes, la municipalité de Hura et la fondation Wadi Atir veulent transférer le monastère et ses mosaïques à Wadi Atir, une ferme construite par des Bédouins et un site touristique dans le Néguev.