Le centre d’art norvégien Henie Onstad a restitué vendredi un précieux tableau de Matisse aux descendants américains du marchand d’art français Paul Rosenberg spolié par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Profil bleu devant la cheminée », un portrait réalisé par Henri Matisse (1869-1954) en 1937, a été rendu à la branche américaine de la famille du collectionneur, grand-père de la journaliste française Anne Sinclair.

D’une valeur estimée à environ 20 millions de dollars, le tableau était réclamé par la famille Rosenberg alertée de sa présence à une exposition temporaire au Centre Pompidou en 2012.

Confisqué en France par les nazis en 1941, il avait brièvement rejoint la collection du commandant de la Luftwaffe, Hermann Göring, avant d’atterrir chez le marchand d’art allemand Gustav Rochlitz, propriétaire d’une galerie à Paris, puis dans la galerie parisienne Pétridès.

En 1950, le riche armateur norvégien Niels Onstad l’avait racheté, de bonne foi, au courtier parisien Henri Bénézit sans que l’on sache exactement comment ce dernier était entré en sa possession.

Le tableau de Matisse représentait une des oeuvres majeures du centre Henie Onstad créé dans les années 1960 près d’Oslo par M. Onstad et son épouse, la championne olympique de patinage artistique Sonja Henie. La direction avait dans un premier temps renâclé à le restituer.

Si la Norvège est signataire de la Déclaration de Washington sur la restitution de l’art spolié, sa législation prévoit qu’une oeuvre échoie définitivement à son détenteur après 10 ans de possession.

« L’enquête approfondie du centre d’art Henie Onstad a conduit à décider qu’une restitution était justifiée », a toutefois déclaré vendredi le président du conseil d’administration du musée, Halvor Stenstadvold, en procédant à la restitution inconditionnelle.

« Profil bleu devant la cheminée » va maintenant traverser l’océan Atlantique au terme d’un accord entre les descendants: la famille est composée aux Etats-Unis de la belle-fille de Rosenberg et de ses deux filles, et en France d’Anne Sinclair.

« Il n’y a pas de contentieux », a déclaré à l’AFP Christopher Marinello, le représentant de la famille américaine, venu en Norvège réceptionner le tableau.

La famille Rosenberg recherche toujours activement « des centaines d’oeuvres » volées par les nazis pendant la guerre, a-t-il précisé.