Un minuscule satellite conçu par des lycéens israéliens s’est envolé mardi depuis le centre spatial Kennedy de la NASA à Cap Canaveral. Objectif : étudier l’atmosphère dans le cadre d’un projet de recherche international.

Le Duchifat-2 (Hoopoe) est l’un des 28 nanosatellites venus de 23 pays participant au programme de recherche sur la thermosphère QB50 de l’Union européenne, mais c’est le seul à avoir été fabriqué par des lycéens.

Plus de 80 élèves de la troisième à la terminale scolarisés dans des lycées de Herzliya, Ofakim, Yeruham, de l’implantation d’Ofra en Cisjordanie et de la ville bédouine de Hura ont contribué à concevoir Duchifat-2, qui ne pèse que 1,8 kilo, et qui mesure 20 centimètres de haut et 10 centimètres de large. En raison de sa petite taille, le satellite n’a pas de moteur et utilise en fait le champ magnétique terrestre pour se maintenir dans son alignement spatial.

C’est une fusée-lanceur Atlas V transportant la charge utile de satellites ainsi que plus de trois tonnes de ravitaillement qui a décollé de Floride en direction de la Station spatiale internationale, qu’elle rejoindra après approximativement deux jours de voyage. Les astronautes qui se trouvent dans la station spartiale en orbite lâcheront Duchifat-2 et les autres nanosatellites dans l’espace dans environ six semaines.

Quatorze élèves de Herzliya et de Hura ont fait le déplacement jusqu’en Floride pour assister au lancement en direct.

Le satellite israélien étudiera la densité du plasma dans la termosphère inférieure, une couche de l’atmosphère qui commence à environ 85 kilomètres d’altitude et s’élève à 300 kilomètres.

Les signaux envoyés par le satellite seront reçus au Centre scientifique de Herzliya, où les élèves pourront analyser les données.

Le ministre des Sciences Ofir Akunis a déclaré que « Duchifat-2 n’est pas seulement une affaire éducative qui rapproche l’espace des jeunes et ouvre la voie à la génération de demain, c’est également un projet de recherche international. Et c’est une fierté israélienne pour la génération future et une opportunité d’augmenter la sensibilisation de l’opinion publique à l’aventure spatiale. »

Financé par l’Agence spatiale israélienne (ISA) rattachée au ministère des Sciences et administré par le centre scientifique de Herzliya, un département de la municipalité de Herzliya, il a fallu deux ans pour faire aboutir le projet. Les lycéens ont été aidés par des ingénieurs de l’ISA et des représentants des Industries aéronautiques israéliennes.

Le satellite devrait rester en opération environ 12 mois avant de redescendre dans l’atmosphère à une altitude de 90 kilomètres et de se désintégrer.

C’est le deuxième satellite de ce type à avoir été conçu par des lycées israéliens, suite à la réussite de Duchifat-1, un satellite radio qui avait été lancé en 2014. Duchifat-1 aide à localiser les voyageurs perdus dans les zones sans réseau de téléphonie mobile. Ce satellite fonctionne à l’énergie solaire et devrait rester en orbite au cours des 20 prochaines années.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.