Un néo-nazi britannique a annoncé qu’il avait décidé de quitter le groupe d’extrême-droite dont il a longtemps été membre après avoir annoncé publiquement son homosexualité et ses origines juives.

Kevin Wilshaw, membre du National Front (NF) britannique, a parlé de ses origines juives pendant un entretien diffusé mardi sur la chaîne anglaise Channel 4, et a reconnu le paradoxe d’être un suprémaciste blanc homosexuel et juif.

Le NF est depuis des décennies un parti marginal de l’extrême-droite américaine, qui attire les néo-nazis, les fascistes et d’autres racistes dans ses rangs.

Selon Channel 4, Wilshaw a été actif au sein du mouvement, et s’est exprimé pendant plusieurs rassemblements. Il a ensuite rejoint le BNP, un autre parti radical d’extrême-droite, et y était actif.

Même s’il a du « sang juif » du côté de sa mère, Wilshaw a déclaré qu’il avait parlé de sa haine des Juifs sur son formulaire d’adhésion au National Front.

« Le terme ‘les Juifs’, c’est la masse mondiale et sans visage de personnes que vous ne pouvez pas identifier, qui ne sont pas des individus. C’est la généralisation qui a entraîné le meurtre délibéré de six millions de personnes », a-t-il dit pendant l’entretien.

Soulignant qu’il s’en était lui-même pris pendant longtemps aux Juifs et aux gays, Wilshaw a dit qu’il n’avait pas réalisé quel était le problème de ses actes avant qu’il ne soit lui-même une cible quand il a été soupçonné d’être gay.

« C’est une chose terriblement égoïste à dire mais c’est vrai : j’ai vu des personnes être agressées, insultées, sur lesquelles on crachait dans la rue. Ce n’est que lorsque c’est dirigé contre vous que vous réalisez soudainement que ce que vous faites est mal », a-t-il dit.

Wilshaw a dit que pendant ses années de néo-nazi, il avait utilisé la violence pour se défendre, mais jamais pour attaquer des membres des minorités.

« Je ne ferai jamais ça, mais j’ai vu des incidents, où des personnes ont été pointées du doigt par un groupe de personnes juste parce qu’elles étaient noires. Cela me retournait le ventre. J’ai rejeté cela, je l’ai repoussé dans un coin de ma tête », a-t-il dit.

Wilshaw, qui participait encore à des cercles d’extrême-droite au début de l’année, a indiqué qu’il se sentait maintenant « épouvantablement coupable » de son passé suprématiste blanc, et voulait « causer des dégâts » à ses anciens camarades.

« Je me sens épouvantablement coupable, je me sens vraiment coupable. Et il y a aussi une barrière à ma relation avec ma propre famille, et je veux m’en débarrasser, c’est trop lourd », a-t-il dit.

« Je veux aussi faire des dégâts, pas aux personnes ordinaires, mais à celles qui propagent ce genre de déchets, je veux les blesser, leur montrer ce que c’est pour ceux qui vivent dans un mensonge et sont de l’autre côté de ce type de propagande. Je veux les blesser », a-t-il ajouté.

Ayant maintenant répudié son idéologie d’extrême-droite, Wilshaw a dit : « je vais sûrement trouver ça difficile de remplir le vide qui a occupé ma vie depuis mon enfance. »