Le directeur du centre Simon-Wiesenthal d’Israël a porté plainte mardi à la police danoise contre un homme de 90 ans qu’il accuse d’avoir travaillé comme gardien dans un camp de concentration nazi au Bélarus pendant la Seconde guerre mondiale.

« Le ministère de la Justice ayant malheureusement décidé de ne pas s’occuper de cette affaire (…) je suis venu à Copenhague afin de déposer moi-même la plainte », a déclaré à la presse Efraim Zuroff.

Selon un livre publié au Danemark en 2014, qui cite un rapport de police de 1945, Helmuth Leif Rasmussen aurait été gardien dans le camp de concentration de Bobrouïsk, dans l’actuel Bélarus.

Rasmussen, qui vit maintenant dans la région de Copenhague sous un autre nom, a admis avoir fait partie d’une unité volontaire créée par le Parti nazi danois, mais affirmé au quotidien Berlingske s’être rendu à Bobrouïsk pour suivre un entraînement militaire alors qu’il n’avait que 17 ans. « Nous étions là que pour être formés au métier de soldat et n’avions rien à voir avec le reste », a-t-il affirmé.

Les crimes de guerre allégués auraient été perpétrés entre 1942 et 1943.

Selon Zuroff, il y a « certainement suffisamment de preuves pour justifier une enquête ». Les personnes comme Rasmussen « sont les dernières sur terre pour lesquelles on devrait éprouver de la compassion, parce qu’elles n’en avaient absolument aucune pour leurs victimes, dont certaines étaient plus âgées qu’elles ne le sont aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Environ 6 000 nazis danois se sont engagés volontairement durant l’occupation allemande entre avril 1940 et mai 1945. Près de 1 000 Danois ont servi à Bobrouïsk, où au moins 1 400 Juifs ont été tués, selon un livre publié en octobre dernier par des historiens danois.

La semaine dernière, l’ancien comptable d’Auschwitz Oskar Gröning, 94 ans, a été condamné en Allemagne à quatre ans de prison pour « complicité » dans le meurtre de 300 a000 Juifs hongrois ayant péri dans les chambres à gaz entre mai et juillet 1944.