Le tribunal correctionnel de Paris rend vendredi 7 février, un nouveau jugement concernant Dieudonné pour des propos tenus dans une vidéo diffusée sur internet en avril 2010.

Il est poursuivi pour injure et diffamation en raison de l’appartenance à une communauté ou une religion, ainsi que pour apologie de crime d’atteinte volontaire à la vie.

Le parquet a requis 200 jours d’amendes à 100 euros. Dans ce type de peine, en cas de non-paiement total ou partiel, le condamné doit être incarcéré pour une durée correspondant au nombre de jours d’amendes impayés.

Dans la séquence vidéo, Dieudonné reprenait l’expression « Shoah-nanas », pour laquelle il a déjà été condamné en appel, le 28 novembre dernier.

Il mettait également en cause « la puissance du lobby juif » et appelait enfin à la libération de Youssouf Fofana, condamné pour le meurtre d’Ilan Halimi, jeune juif sequestré, torturé et tué en 2006.

Il avait tenu ces propos en réagissant au meurtre de Saïd Bourarach, un vigile retrouvé noyé dans le canal de L’Ourcq, en Seine-Saint-Denis, dont Dieudonné estimait qu’il n’avait pas eu la « chance » d’Ilan Halimi, mort dans les bras des secouristes.

Condamné à plusieurs reprises pour des propos jugés antisémites, Dieudonné ne s’est acquitté d’aucune des amendes (pour 65.000 euros au total) auxquelles il a été condamné.

Il est notamment visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris pour organisation frauduleuse d’insolvabilité, blanchiment et abus de biens sociaux.