Selon un communiqué, le ministère de l’Economie et de l’Industrie a annoncé le lancement de Hybrid, un nouveau programme innovant pour promouvoir les start-ups dans le secteur arabe, au centre d’incubation commerciale de Nazareth (CICN), en coopération avec l’association 8200 Alumni.

Le programme a pour objectif d’aider à avancer de nouvelles initiatives dans le secteur arabe, dans le but d’augmenter significativement le nombre et la qualité des start-ups dans le secteur arabe.

Pour cela, le programme agira en association avec un grand nombre de partenaires de l’industrie high-tech, comme la banque Hapoalim, EMC, Coca-Cola, SAP, et la compagnie de logiciels de Nazareth, Galil Software.

La semaine dernière, l’équipe de direction du programme a lancé un appel public pour trouver des entreprises adaptées, parmi lesquelles dix start-ups seront choisies pour participer au programme, qui commencera officiellement en avril.

Le programme Hybrid comprend un suivi intensif sur plusieurs mois qui nourrira plusieurs start-ups arabes exceptionnelles, identifiées comme ayant le plus grand potentiel possible pour le succès.

Ces start-ups subiront un processus de sélection méticuleux et, une fois sélectionnées, recevront un vaste soutien, comprenant des espaces de travails, du soutien professionnel et des conseils d’entrepreneurs, d’investisseurs, et d’autres du domaine. Le programme sera basé sur le modèle des journées intensives, qui auront lieu à Nazareth et dans le centre d’Israël.

Hybrid est un effort coopératif entre le CICN et l’association 8200 Alumni, qui permet de faire avancer l’entreprenariat israélien et gère avec succès deux autres programmes d’accélérateur ; l’accélérateur de start-ups EISP et un programme d’entreprises sociales. Hybrid est dirigé par Fadi Swidan, directeur du CICN et Eitan Sella, ancien entrepreneur et ancien 8200.

Le programme agit dans le cadre d’une politique du gouvernement qui, en 2007, a défini l’inclusion de la population arabe dans le secteur high-tech comme une priorité nationale, peut-on lire dans le communiqué du ministère.

Le directeur pour les petites et moyennes entreprises au ministère de l’Economie et de l’Industrie, Ran Kiviti, a déclaré : « alors que les plateformes pour encourager l’entreprenariat et faciliter la transformation d’une vision innovante en entreprises florissantes sont nécessaires pour tout fondateur de start-up, y compris pour les diplômés des renseignements militaires à Tel Aviv, elles sont encore plus cruciales dans le nord.

Les diplômés de ces programmes seront équipés de façon unique des compétences et des connexions nécessaires pour transformer leurs idées technologiques en entreprises – et serviront de modèles pour d’autres aspirants entrepreneurs dans leurs communautés.

Fadi Swidan, le directeur du CICN a déclaré que « nous travaillons à briser l’image classique des entrepreneurs dans la nation start-up. Notre vision est de créer des histoires à succès chez les entrepreneurs arabes, pour ainsi accroitre le nombre et la qualité des entrepreneurs agissants dans le secteur arabe dans tout Israël. »

Eitan Sella, de l’association 8200 Alumni, a souligné que « 2016 est l’année des entrepreneurs arabes israéliens. Les opportunités commerciales dans ce secteur sont mûres, en termes de disponibilité d’aide gouvernementale sans précédant pour les initiatives dans le secteur arabe, pour accroitre l’intérêt de l’écosystème high-tech israélien et son potentiel de servir de pont entre la technologie israélienne et le marché arabophone mondial. »

Le CICN a été fondé en 2012 par le ministère de l’Economie et de l’Industrie, via Maof, afin de promouvoir l’entreprenariat arabe.

Il fonctionne comme une plate-forme, où de nouvelles start-ups peuvent utiliser l’espace de travail, les services et les conseils pour 18 mois au plus, un foyer pour les accélérateurs, et une base de réseau. Le CICN est un pont entre les start-ups du secteur arabe et les ressources et les réseaux de la nation start-up du centre d’Israël.