Un nouveau village pour loger les réfugiés juifs d’Ukraine
Rechercher

Un nouveau village pour loger les réfugiés juifs d’Ukraine

Fuyant le conflit, 100 résidents emménageront le mois prochain dans le village nommé Anatevka, d'après le film 'Un violon sur le toit'

Le rabbin Moshe Azman, à gauche, et l'ambassadeur Eliav Belotserkovsky le 30 juillet 2015, près de Kiev (Crédit photo: R. Lenskiy / JTA)
Le rabbin Moshe Azman, à gauche, et l'ambassadeur Eliav Belotserkovsky le 30 juillet 2015, près de Kiev (Crédit photo: R. Lenskiy / JTA)

Un éminent rabbin ukrainien et l’ambassadeur d’Israël à Kiev ont assisté à la cérémonie d’inauguration d’un village pour les réfugiés juifs du conflit qui fait rage dans l’est de l’Ukraine.

Lors de la cérémonie qui s’est déroulée au début du mois près du village de Gnativka, situé à 25 kilomètres de la capitale du pays, l’ambassadeur israélien Eliav Belotserkovsky a vu des camions de ciment destinées à bâtir les fondations du village, où sont attendus 100 nouveaux résidents qui devraient s’installer le mois prochain, a déclaré vendredi l’initiateur du village, le rabbin Moshe Azman.

« Nous sommes prêts à accueillir les nouveaux arrivants à temps pour les fêtes juives et le début de l’année scolaire », a dit Azman, qui a utilisé les ressources de sa communauté de Kiev depuis un an pour accueillir des dizaines de Juifs qui ont dû fuir leurs maisons dans la région de Donetsk et de Lougansk au milieu des combats opposant les séparatistes soutenus par les Russes et les troupes gouvernementales.

Belotserkovsky, qui a pris ses fonctions l’année dernière, a déclaré que le projet était la preuve de « la valeur de Arvut hadadit – la responsabilité mutuelle, la responsabilité de toute personne juive à prendre soin de l’autre », a déclaré Azman.

Azman a lancé le projet de construction de la Communauté des réfugiés juifs d’Anatevka l’été dernier.

La première phase du projet d’un montant s’élevant à 6 millions de dollars a été payée avec de l’argent levé à l’échelon local et à l’étranger.

Le nom Anatevka – qui est aussi le nom de la ville juive fictive qui sert de cadre à la célèbre comédie musicale « Un violon sur le toit » – a été choisi pour sa ressemblance avec le village voisin Gnativka, selon le promoteur du projet, Chaim Klimovitsky.

Selon le rabbin Azman, les maisons en bois sélectionnées pour la première phase du projet « offriront une meilleure isolation en hiver que des maisons en béton ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...