L’Union européenne devrait nommer un diplomate italien au poste du nouvel émissaire en chef du processus de paix au Moyen-Orient, a-t-on appris au The Times of Israel.

Fernando Gentilini, qui a déjà servi en tant que représentant spécial de l’UE au Kosovo, n’a jamais été directement impliqué dans le conflit israélo-palestinien mais des sources affirment que les Européens souhaitent sa sa nomination parce qu’il est un expert en médiation et en résolution des conflits.

La nomination de Gentilini doit être annoncée par la chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, lundi, au Conseil des affaires étrangères à Bruxelles.

Comme nouveau représentant spécial de l’UE au processus de paix au Moyen-Orient, Gentilini succéderait à l’Allemand, Andreas Reinicke, qui a occupé cette fonction entre février 2012 et juin 2013.

Des sources à Jérusalem ont révélé que Gentilini n’avait aucune expérience dans les affaires du Moyen-Orient et que, pour le moment, on ne sait pas quel mandat il recevra. Par conséquent, ont ajouté les sources, il est impossible de savoir à quoi il faut s’attendre.

Le mandat de Reinicke incluait la contribution « à la réalisation des objectifs de la politique de l’UE dans la région, y compris une paix globale, une solution à deux Etats et à un règlement des conflits israélo-syrien et israélo-libanais ». On ignore si Gentilini recevra le même mandat .

Le représentant spécial de l’UE au processus de paix au Moyen-Orient agira comme l’envoyé de l’UE auprès du Quartet.

Contrairement aux diplomates précédents qui ont assumé cette fonction, Gentilini n’est pas un diplomate issu d’un Etat membre rentrant dans l’administration de l’UE, mais il a travaillé au sein du Service d’action extérieure de l’Union depuis plus d’une décennie.

Né à Rome en 1962, Gentilini a occupé la fonction d’envoyé spécial du chef de la politique étrangère de l’UE au Kosovo en 2004. Plus tard, il est devenu le haut représentant civil de l’OTAN en Afghanistan. Actuellement, il est le directeur pour l’Europe de l’Ouest, les Balkans occidentaux et la Turquie du Service d’action extérieure de l’UE.