Un haut fonctionnaire du Fatah a tacitement menacé la vie d’Israéliens qui voyagent à travers la Cisjordanie, avertissant des commerçants palestiniens de débarrasser leurs magasins de produits « d’occupation » ou alors « ils seraient détruits ».

S’exprimant lors d’un rassemblement à Naplouse organisé par le Fatah – en solidarité avec Gaza – lundi soir, le membre du Comité central du Fatah Jamal Muheisen a averti Israël de « ne pas oublier que les colons errent dans les rues parmi nous et qu’ils sont une cible facile pour les brigades Al-Aqsa [du Fatah] en Cisjordanie », ont rapporté le site officiel et la page Facebook du Fatah.

Les commentaires de Muheisen sont apparus en plein milieu d’une série d’attaques terroristes à Jérusalem et en Cisjordanie, apparemment menées par des assaillants solitaires. Lundi, le conducteur d’un excavateur a tué un piéton et blessé cinq autres personnes dans une attaque contre un bus à Jérusalem. Quelques heures plus tard, un soldat s’est fait tirer dans l’estomac et a été grièvement blessé par un motard. Mardi, un garde de sécurité a été poignardé par un inconnu près de l’entrée de Maalé Adumim.

Mais Muheisen n’a pas limité ses menaces à des Israéliens. Il a également affirmé que les propriétaires palestiniens de magasins avaient deux semaines pour vider leurs boutiques des « produits d’occupation ».

« Après cette période, n’importe quel magasin contenant de la marchandise israélienne d’occupation sera attaqué et cassé » a-t-il lancé à la foule.

Les responsables de l’Autorité palestinienne ont appelé au boycott des marchandises produites dans les implantations israéliennes dans le passé. L’ancien Premier ministre de l’Autorité palestinienne Salam Fayyad avait même pris part à une cérémonie, en 2010, ans laquelle ces produits étaient brûlés en public.

L’aile armée du Fatah, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa et les Brigades Abdul Qader Husseini, ont pris part aux tirs de roquettes et de mortiers lancés vers Israël depuis la bande de Gaza tout au long de l’opération « Bordure Protectrice », revendiquant la responsabilité d’avoir ciblé les communautés israéliennes près de la bande de Gaza lundi soir.

Pendant ce temps, le mouvement a fustigé le Hamas pour avoir ciblé ses propres membres dans la bande de Gaza, en en plaçant une partie en résidence surveillée et en tirant à balles réelles sur les autres. Mardi, le mouvement a indiqué sur sa page Facebook officielle que le Hamas avait tiré à balles réelles sur le garde du corps du responsable du Fatah Abdullah Ifranji.

« Nous allons persévérer et s’occuper de nos blessures, mais nous ne pourrons jamais pardonner ces actes odieux », a déclaré le mouvement.