Le lieutenant des deux soldats qui ont accidentellement entrés dans le camp de réfugiés de Qalandiya tard lundi soir a été condamné à une semaine de prison et retiré de sa position à la suite d’une enquête préliminaire sur les circonstances de l’incident, a déclaré un porte-parole.

De plus, le brigadier général Yehudo Fox, officier parachutiste et chef d’infanterie de l’armée, a officiellement réprimandé les officiers de l’unité Oketz K-9 de l’armée israélienne, où servent actuellement les deux soldats.

Le lieutenant colonel qui commande Oketz et le commandant de la compagnie des soldats ont vu tous deux l’incident noté dans leur dossier, tandis que le commandant adjoint de la compagnie des soldats a été jugé en cour martiale et a été condamné à une peine de prison avec sursis, a déclaré l’armée.

A ce stade, les soldats, qui ont accidentellement conduit un véhicule de l’armée dans la poudrière du camp de réfugiés proche de Jérusalem – n’ont pas été jugés pour leurs actions devant une cour militaire, et il n’a pas été précisé si ou comment ils seraient officiellement punis, a déclaré un porte-parole de l’armée.

A soldier in the IDF's elite canine unit, Oketz. (photo credit: Omer Messinger/Flash90)

Un soldat de l’unité canine d’élite Oketz. (Illustration, crédit : Omer Messinger/Flash90)

Le colonel Ariel Ben-Dayan, directeur du centre d’entraînement spécial et du pont aérien de l’armée, a mené l’enquête, puisque l’unité Oketz est subordonnée à son centre.

« [Ben-Dayan] a souligné la responsabilité des commandants et a noté que c’était un incident sérieux. De plus, il a également noté la conduite des soldats eux-mêmes pendant l’évènement, » a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Les deux soldats sont apparemment entrés par erreur dans le camp après avoir été dirigés par l’application Waze.

Les soldats ont fui leur véhicule après qu’il a été attaqué et incendié. Alors qu’ils s’échappaient, le duo s’est séparé. « L’un d’eux a eu un contact téléphonique presque immédiatement, et dans les 20 à 30 minutes, les [sauveteurs] l’ont rejoint. Le second a mis environ une heure pour établir un contact, et ensuite [il a été possible de] le récupérer, » a déclaré lundi un porte-parole de l’armée.

L’un des soldats s’était caché dans le jardin d’une maison du camp de réfugiés, où il a été retrouvé via son téléphone portable par les forces qui étaient entrées dans Qalandiya, a déclaré mardi matin le porte-parole de l’armée Moti Almoz à la radio militaire.

Le second avait laissé son téléphone portable dans le véhicule. Il s’est échappé du camp de réfugiés et a atteint l’implantation voisine de Kochav Yaakov.

Pendant la demi-heure entre la découverte du premier soldat et la prise de contact avec le second, l’armée a utilisé le controversé protocole Hannibal, qui donne à l’armée les mains libres pour faire tout ce qui est nécessaire pour éviter qu’un soldat ne soit pris en otage, a déclaré l’armée.

A la suite de l’extraction des deux soldats, les troupes de l’armée sont restées à Qalandiya pour enlever le véhicule militaire brûlé, où ils ont affrontés des coups de feu, des cocktails Molotov, des bombes artisanales et des pierres.

Pendant l’émeute, qui a commencé quand les deux soldats sont d’abord entrés dans le camp de réfugiés, un homme palestinien a été tué, des douzaines blessées, et 10 membres de forces de sécurité d’Israël ont été blessés.

Le Palestinien tué dans l’accrochage a été identifié comme Iyad Amr Sajdiyeh, 22 ans, étudiant à l’université Al-Quds et originaire de Qalandiya.

Funérailles d’Iyad Omar Sajadiyya, 22 ans, qui a été tué pendant des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes dans le camp de réfugiés de Qalandiya, le 1er mars 2016. (Crédit : AFP / ABBAS MOMANI)

Funérailles d’Iyad Omar Sajadiyya, 22 ans, qui a été tué pendant des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes dans le camp de réfugiés de Qalandiya, le 1er mars 2016. (Crédit : AFP / ABBAS MOMANI)

Le Croissant Rouge palestinien a déclaré que Sajdiyeh avait été abattu d’une balle dans la tête.

Parmi les forces israéliennes, qui comprenaient à la fois la police des frontières et l’armée, une personne a été modérément blessée et les autres ont été déclarés en conditions correctes après avoir été emmenés dans un hôpital de Jérusalem, selon l’armée israélienne.