Un officier jugé coupable de crimes sexuels et de mise en danger de la sécurité nationale
Rechercher

Un officier jugé coupable de crimes sexuels et de mise en danger de la sécurité nationale

Le soldat est coupable de toute une série de crimes, dont abus de confiance, fraude et abus de pouvoir

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Soldats israéliens pendant une opération d'arrestation dans le camp de réfugiés de Deheishe, près de Bethléem, en Cisjordanie, le 8 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Shohat Nati/Flash90)
Soldats israéliens pendant une opération d'arrestation dans le camp de réfugiés de Deheishe, près de Bethléem, en Cisjordanie, le 8 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Shohat Nati/Flash90)

Un officier de l’armée israélienne, appartenant à l’Administration civile, a été jugé coupable cette semaine d’une série de crimes, dont des agressions sexuelles et la mise en danger de la sécurité nationale. La majorité des informations de cette affaire sont sous embargo.

L’Administration civile, dont le nom officiel est Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), dépend du ministère de la Défense. Elle gère les affaires civiles dans les zones palestiniennes, et agit comme agent de liaison entre le gouvernement, l’armée israélienne et l’Autorité palestinienne.

L’armée a déclaré mercredi que l’officier, resté anonyme et dont le grade n’a pas été divulgué, a été jugé coupable dimanche par une cour martiale placée sous la juridiction de l’Etat-major.

L’officier a été jugé coupable de la plupart des chefs d’accusation qui pesaient sur lui, a annoncé l’armée, notamment d’agressions sexuelles, de harcèlement sexuel, d’avoir accepté de pots-de-vin, de fraude, d’abus de confiance et d’abus de pouvoir à un point qui pose un risque de sécurité nationale.

Selon l’armée israélienne, l’officier a été arrêté au début des procédures juridiques à son encontre. Le quotidien Haaretz a annoncé qu’il avait été inculpé début 2016.

L’armée a refusé de préciser si la peine de prison avait déjà été attribuée, ou tout détail à ce sujet. Il n’y a « aucun moyen de préciser des informations permettant de l’identifier », a déclaré l’unité des porte-paroles de l’armée israélienne au Times of Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...