L’organisation ultranationaliste dirigée par Alejandro Biondini, accusé de néonazisme, a obtenu l’approbation légale pour être enregistrée comme un parti politique.

Le juge de Buenos Aires Ariel Lijo a donné l’approbation à Bandera Vecinal, ou Drapeau local, mercredi. Le parti, qui participerait aux élections présidentielles, a les 4 000 signatures nécessaires de ses membres.

Le parti politique juif DAIA affirme que Biondini « a publiquement et de manière répétée montré son soutien à la figure d’Adolf Hitler et au nazisme. DAIA réitère sa position de ne pas légitimer comme un parti politique ceux qui justifient la haine et encouragent la violence contre les Juifs et les autres dans notre pays ».

En 1988, Biondini a mené les slogans scandés comme « Mort aux traîtres, aux lâches et aux Juifs » lors d’une manifestation d’extrême droite à Buenos Aires. A l’époque, le groupe de Biondini s’appelait National Alert [Alerte nationale], qui était non sans rappeler le slogan :
« Allemagne, Réveille-toi ! ».

Trois ans après, un juge a refusé la demande du groupe d’être enregistré comme un parti politique sous le nom de Workers’ Nationalist Socialist Party [parti social-nationaliste des travailleurs] avec une croix gammée comme symbole.

Aux élections de 2011, Le parti Social Alternative [Alternative sociale] de Biondini avait juste obtenu 0,19 % des votes. Son parti précédent, New Triumph [Nouvelle victoire], a été banni d’Argentine par la Cour suprême en 2009.