Des dizaines de Palestiniens ont été diplômés dimanche d’un programme d’entraînement militaire du groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza. Pendant la cérémonie, ils ont présenté des armes, marché en formation militaire et brûlé un drapeau israélien sous les applaudissements du public.

Les cadets ont démontré leurs capacités de combat au corps à corps en brisant des blocs de ciment en flammes à main nue pendant la cérémonie, organisée à Gaza Ville.

Les élèves ont également présenté une fausse opération contre un poste militaire « israélien », pendant laquelle les forces du Hamas ont saisi la position de l’armée israélienne et remplacé le drapeau israélien par un drapeau palestinien.

Un jeune garçon en treillis militaire a ensuite brûlé le drapeau israélien devant le public, le bouquet final du spectacle.

Des membres des forces de sécurité palestiniennes du Hamas pendant la cérémonie de fin d’un programme de formation militaire du Hamas, à Gaza Ville, le 22 janvier 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Des membres des forces de sécurité palestiniennes du Hamas pendant la cérémonie de fin d’un programme de formation militaire du Hamas, à Gaza Ville, le 22 janvier 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Selon les médias, les élèves étaient des jeunes enfants, des adolescents et de jeunes adultes.

Le Hamas, le groupe terroriste islamiste qui dirige la bande de Gaza, a fait taire une récente série de manifestations causées par de fréquentes coupures de courant en les réprimant sévèrement et grâce à une aide financière du Qatar pour l’achat de carburant pour la centrale électrique.

Des membres des forces de sécurité palestiniennes du Hamas pendant la cérémonie de fin d’un programme de formation militaire du Hamas, à Gaza Ville, le 22 janvier 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Des membres des forces de sécurité palestiniennes du Hamas pendant la cérémonie de fin d’un programme de formation militaire du Hamas, à Gaza Ville, le 22 janvier 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

La cérémonie de dimanche a été organisée alors que des travailleurs humanitaires internationaux ouvraient une nouvelle usine de désalinisation dans la bande de Gaza, permettant de soulager quelque peu un territoire dont 97 % de l’eau n’est pas potable.

Les conditions se sont grandement dégradées ces dix dernières années, depuis que le Hamas, qui a juré de détruire Israël, a pris le pouvoir. Le Hamas et Israël ont mené trois guerres depuis la prise de pouvoir de 2007, qui ont entraîné des dégâts importants à l’infrastructure gazaouie, et le blocus israélo-égyptien a ralenti les efforts de reconstruction.

Le Hamas, groupe terroriste islamique boycotté par la plupart de la communauté internationale, ne participe pas au projet de désalinisation, et n’était pas représenté à l’inauguration de l’usine jeudi.

Des travailleurs palestiniens de l'usine de désalinisation de l'eau pendant l'inauguration de sa première phase à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 19 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Des travailleurs palestiniens de l’usine de désalinisation de l’eau pendant l’inauguration de sa première phase à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 19 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Un site de formation militaire du Hamas est situé sur une partie du terrain alloué à l’usine pour la deuxième phase de son développement. Mazen Ghunaim, qui dirige l’Autorité de l’eau palestinienne, a déclaré que le Hamas avait promis que le site serait transféré dans les prochains jours. L’Autorité est l’une des rares organisations dirigées par l’Autorité palestinienne rivale de Cisjordanie autorisée à opérer à Gaza par le Hamas.

L’usine fait face à d’autres obstacles, comme les coupures de courant chroniques et la possibilité d’être touchée pendant des combats entre Israël et le Hamas.