Un pilote jordanien annonce « Jérusalem, capitale de la Palestine »
Rechercher

Un pilote jordanien annonce « Jérusalem, capitale de la Palestine »

Yousef Dajah a annoncé le plan de vol sous les applaudissements, et sa déclaration a été largement partagée sur les réseaux sociaux

Un avion de la compagnie aérienne jordanienne, Royal Jordanian, à l’aéroport d'Aqaba en Jordanie, à 10km d'Eilat. (Crédit : Berthold Werner/Wikimedia Commons/CC BY 3.0)
Un avion de la compagnie aérienne jordanienne, Royal Jordanian, à l’aéroport d'Aqaba en Jordanie, à 10km d'Eilat. (Crédit : Berthold Werner/Wikimedia Commons/CC BY 3.0)

Quand son avion a traversé l’espace aérien israélien, un pilote de la compagnie Royal Jordanian a informé les passagers qu’ils s’apprêtaient à survoler « Jérusalem, capitale de la Palestine », selon un enregistrement YouTube qui a fait le tour de la Toile.

La leçon de géographie, donnée en arabe et en anglais, sur le vol RJ216, en partance d’Amman et à destination de New York fait suite à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump.

Après avoir accueilli les passagers à bord, le pilote Yousef Dajah a saisi l’opportunité de faire part de son avis sur la décision du président américain en détaillant le plan de vol.

« Nous quitterons l’aéroport de Queen Alia et survolerons le territoire de Palestine », a commencé Dajah. « Nous passerons au-dessus du nord de Jérusalem, qui est la capitale de la Palestine, puis vers la côte ouest de Palestine », a-t-il poursuivi dans un anglais haché.

En plus d’être applaudi par les passagers du Boeing 787, l’enregistrement a été très largement diffusé sur les réseaux sociaux arabes.

« Cela me rend fier de voir qu’il y a encore des gens qui ont le courage de dire des choses comme ça », a déclaré Jamil Khalsa, l’un des membres d’équipage à l’agence de presse officielle jordanienne.

Cependant, un porte-parole de la Royal Jordanian a assuré à Ynet que cela représente une compagnie commerciale qui n’engage aucunement la politique [du pays] ».

La semaine dernière, depuis la Maison Blanche, Trump a défié les mises en garde du monde entier, et a déclaré qu’après de nombreux échecs pour parvenir à la paix, une « nouvelle approche » s’imposait. Sa décision de reconnaitre Jérusalem comme siège du gouvernement israélien est, dit-il, fondée sur la réalité.

Cette reconnaissance a été saluée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et par des dirigeants de l’ensemble de l’échiquier politique. Trump a souligné qu’il ne définissait aucune frontière sur la souveraineté sur la ville, et n’appelait aucunement au changement de statu quo dans les Lieux saints de la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...