Un officier de la police des frontières a été arrêté mercredi sur des soupçons de meurtre d’un adolescent palestinien lors d’une manifestation à l’extérieur de Ramallah le jour de la Nakba en mai.

Le suspect a été arrêté par la police israélienne et placé en garde à vue, a rapporté la radio militaire.

Si les détails de l’enquête de police israélienne dans la fusillade restent sous scellés, une divulgation à la presse laisse entendre que le policier aurait tiré une cartouche, plutôt qu’une balle en caoutchouc, comme l’armée israélienne l’avait affirmé.

Un porte-parole de la police n’a pu commenter l’affaire.

L’autopsie effectuée par des médecins palestiniens et israéliens en juin a conclu que Nadeem Siam Nawara, 17 ans, a été abattu au rassemblement du jour de la Nakba de mai à Beitunia, près de Ramallah, par un tir direct, probablement provenant de l’armée israélienne.

Nawara, 17 ans, était l’un des deux adolescents palestiniens tués le 15 mai. L’armée israélienne, qui maintient que des méthodes de dispersion non létales ont été utilisées dans la manifestation, a refusé de commenter les résultats de l’enquête.

Des experts palestiniens et israéliens, ainsi que deux médecins, américain et danois, assistaient à l’autopsie, qui a eu lieu à l’Institut d’Abu Dis de médecine légale de Cisjordanie.

Une entrée et sortie de la balle ont été détectées sur le corps, et des éclats d’obus a également été constatés, selon l’agence de presse palestinienne Maan.

Une vidéo diffusée après l’incident semblait montrer les deux adolescents marchant dans une zone éloignée de la manifestation. Un haut responsable du ministère de la Défense avait déclaré au Times of Israel que la vidéo a probablement été trafiquée.

L’incident a été fait l’objet d’une enquête de Tsahal, après la diffusion d’images montrant les adolescents mis en joue sans aucune provocation de leur part.

Les responsables militaires israéliens ont affirmé enquêter sur l’incident depuis le 16 mai. Les résultats préliminaires indiquent qu’aucun tir direct n’a été utilisé par les troupes de Tsahal.

Des témoins palestiniens de la scène maintiennent que les deux hommes ont été tués par balles réelles.

Un soldat de Tsahal d’une unité de communication, qui accompagnait la police des frontières à la manifestation du jour de la Nakba, a été suspendu le 28 mai pour avoir tiré des balles en caoutchouc en dépit du protocole.