Beppe Grillo, un comédien italien devenu homme politique, a refusé de s’excuser au sujet de sa parodie du poème de Primo Levi, relatif à l’Holocauste, qui visait à incriminer le gouvernement italien et le système politique dans son ensemble.

Renzo Gattegna, leader juif italien, a dénoncé comme étant une « obscénité » la parodie publiée sur le blog de Grillo.

Grillo, qui dirige le mouvement Five Stars contre le pouvoir en place, paraphrase Si c’est un homme, poème introduisant les mémoires de Primo Levi au sujet de ce qu’il a traversé à Auschwitz.

La parodie, intitulée « Si c’est un pays », démolit la machine médiatique italienne, le président Giorgio Napolitano, le gouvernement italien et l’ancien président honni, Silvio Berlusconi.

Grillo a également utilisé une photo retouchée de la porte d’entrée du camp d’Auschwitz où l’on peut désormais lire « P2 Macht Frei » en référence au bâtiment franc-maçonnique P2, interdit dans les années 1980 après que des magistrats aient découverts que des centaines de politiciens et autres élites en faisaient partie.

Gattegna, président de l’Union des communautés juives d’Italie (UCEI), a estimé que cette parodie était une « profanation criminelle du principe de mémoire et une insulte aux millions de victimes innocentes » et qu’elle représentait « une offense pour toute l’Italie. »

Il affirme qu’il s’agit d’une « provocation infâme » utilisée dans le but de « provoquer les instincts antisémites les plus bas afin de les utiliser comme exutoire en ces temps de crise. »

Refusant de s’excuser, Grillo a ajouté que Gattegna est « stupide, ignorant, pas vraiment intelligent et qu’il dessert la communauté, » selon le Jerusalem Post.

Grillo avance aussi que, toujours selon le journal israélien, « lorsque vous touchez aux puissants, aux lobbies, ces lobbies marchands. Ce sont eux qui se cachent derrière certaines tragédies.

« Qui est derrière [Carlo] De Benedetti [un industriel juif italien], qui se cache derrière les banques, les marchés financiers ? »

Le pouvoir financier dont parle Grillo cité par le Jerusalem Post « est responsable d’kolocaustes une fois par an, par mois, par jour… le Rwanda, le gaz en Syrie… le système financier provoque la mort de milliers de personnes tous les jours. »