Les procureurs polonais ont inculpé pour incitation à la haine un entrepreneur dans le bâtiment de la ville de Wroclaw qui a brûlé une effigie d’un Juif lors d’un rassemblement pour protester contre l’immigration musulmane.

Piotr Rybak pourrait être condamné à une peine maximale de deux ans de prison s’il est reconnu coupable des accusations portées contre lui la semaine dernière pour ses actions le 18 novembre de l’année dernière, a signalé le quotidien polonais Gazeta Wyborcza le 25 février.

Les procureurs envisagent d’inculper des personnes supplémentaires dans le cadre de l’enquête suite à l’événement qui a eu lieu en novembre, quand Rybak a été photographié en train de mettre le feu à une effigie d’un Juif orthodoxe avec papillotes, selon le quotidien.

L’incident faisait partie d’un rassemblement de 200 personnes qui se sont réunis pour protester contre les exigences de l’UE pour que la Pologne accepte les réfugiés en provenance de la Syrie et de l’Irak. Rybak est accusé d’incitation à la haine contre une religion ou un groupe ethnique.

Pendant l’événement, Rybak a été entendu dire : « notre devoir et le devoir du gouvernement nouvellement élu » est de dire ‘nous n’amènerons pas un seul musulman en Pologne, la Pologne est aux Polonais' ». Il a ensuite mis le feu à l’effigie, sur laquelle un drapeau de l’UE était flanqué. Il a nié toute malversation et a refusé de répondre aux questions des procureurs.

Par ailleurs, un lycée de Wroclaw a annulé la lecture d’un poème jugé antisémite lors d’une cérémonie. Le poème, qui devait être lu mardi lors d’une cérémonie commémorative pour les miliciens tués par les communistes, comportait ce vers : « Un Juif américain écrit au sujet de votre culpabilité dans l’Holocauste. Le mot ‘honte’ ne lui est pas connu, mais il a grandi dans une famille polonaise ».

La cérémonie, approuvée par le professeur d’anglais des élèves, a été annulée suite aux plaintes déposées par des parents.

Le vers du poème de Leszek Czajkowski, un poète nationaliste, est une possible référence à Jan Gross, un Juif américain originaire de la Pologne qui, en 2001, a contribué à exposer un massacre de Juifs à Jadwabne qui a eu lieu en 1941.

Le bureau du président polonais Andrzej Duda, un homme politique de droite qui a été élu l’an dernier, a récemment ordonné la réévaluation d’un honneur d’État décerné à Gross en 1996.

Dans une interview avec JTA, Gross a déclaré que la victoire électorale du parti Droit et Justice de Duda en octobre était « une grosse déception pour ceux qui sont du côté de la tolérance en Pologne », et « risquait d’enchâsser les tendances monolithiques au sein de la société polonaise au détriment des minorités ».