AMSTERDAM — Un groupe néerlandais de lutte contre les discriminations a porté plainte contre un parti politique dont les fondateurs musulmans ont multiplié les provocations, affirmant qu’Adolf Hitler était Juif et que l’homosexualité est une maladie mentale, a rapporté le site d’information De Orkaan.

Le Bureau contre les Discriminations de Hollande a engagé mercredi des poursuites judiciaires pour discours incitant à la haine, à l’encontre du Parti de la Démocratie Libre. Un record pour ce très jeune parti, créé la semaine dernière en prévision des élections parlementaires générales qui auront lieu au mois de mars.

La page officielle de la formation sur Facebook avait été bloquée le mois dernier, blocage venant en réponse, selon le parti, à un post publié au sujet des Juifs. Cette parution affirmait que « les Juifs sont pires que le démon », et les accusait d’avoir aidé Hitler à accéder au pouvoir et de participation au meurtre d’autres Juifs, selon De Orkaan.

“Hitler était un Juif autrichien qui, au cours de la seconde guerre mondiale, a tué de nombreux Juifs, notamment en les gazant”, lisait-on sur le post.

Le post clamait également que les Juifs utilisent le politicien d’extrême-droite Geert Wilders « comme pion pour semer le trouble en Hollande » et affirmait faussement que Wilders est le petit-fils d’Hitler. Les Juifs « dirigent les Etats-Unis, mais les Européens stupides pensent qu’ils ont été libérés par les Américains », disait le texte.

Le député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders au parlement à La Haye, le 18 décembre 2014. (Crédit : Evert-Jan Daniels/ANP/AFP)

Le député néerlandais d’extrême-droite Geert Wilders au parlement à La Haye, le 18 décembre 2014. (Crédit : Evert-Jan Daniels/ANP/AFP)

Sur Twitter, le compte officiel du parti affirmait dans un message que “l’homosexualité aux Pays-Bas est une maladie contagieuse qui nécessite d’être traitée EN URGENCE”. La formation a également tweeté que le blocage de la page Facebook était due aux déclarations portant sur les Juifs : “Apparemment, la liberté d’expression n’est pas pour les étrangers !”

Par ailleurs, durant le week-end, des individus qui n’ont pas été identifiés ont gravé une croix gammée sur le capot d’une voiture appartenant à une femme d’affaires juive originaire de la ville d’Hilversum, à l’est d’Amsterdam, a rapporté samedi RTVNH.

Cette femme, dont l’identité n’a pas été révélée, a déclaré qu’elle pensait que cet incident entrait dans le contexte d’un vandalisme antisémite dirigée à son encontre en raison de son appartenance ethnique.