Un poste de Tsahal essuie des tirs près de Ramallah
Rechercher

Un poste de Tsahal essuie des tirs près de Ramallah

L’incident s’est produit quelques heures après qu’un bus transportant des étudiants a été la cible de tirs lors d’une attaque terroriste dans le secteur

Du personnel de secours à Ramallah, le 31 octobre 2016 (Crédit : Magen David Adom)
Du personnel de secours à Ramallah, le 31 octobre 2016 (Crédit : Magen David Adom)

Un poste de l’armée situé près de l’implantation de Beit El en Judée-Samarie a été visé par des tirs dans la nuit de dimanche dernier, a indiqué un porte parole de l’armée, quelques heures après l’attaque d’un bus de civils dans la région.

L’incident a visé une petite base de l’armée à proximité du camp de réfugiés de Jalazone. Les soldats de Tsahal ont riposté à ces tirs, d’après un communiqué militaire. On ne déplore aucun blessé.

En fouillant la zone, les soldats ont retrouvé les douilles, mais aucune trace du tireur. Des soldats supplémentaires ont été déployé pour élargir les recherches.

Plus tôt dans la nuit de dimanche, un bus blindé transportant des étudiants a essuyé des tirs d’armes à feu près des implantations d’Ofra et de Beit El. Ce probable attentat terroriste n’a fait aucune victime.

« Le bus a subi des dégâts, mais aucun des passagers n’a été blessé » a indiqué Tsahal dans un communiqué. « Nos équipes sont actuellement sur le terrain pour vérifier si les dégâts ont été provoqué par des tirs d’armes à feu. »

Les recherches sur le terrain ont permis de retrouver plus de 11 douilles, a déclaré l’armée dans un communiqué ultérieur.

Les tirs sont intervenus quelques heures après qu’un terroriste palestinien a poignardé au cœur Asher Elmaliach, un gardien de sécurité à l’entrée de la station centrale de bus à Jérusalem.

Asher Elmaliach, le gardien de sécurité attaqué au couteau aux abords de la gare routière de Jérusalem le 10 décembre 2017 (Crédit : Facebook)

Le gardien a été gravement blessé dans cette attaque, et les médecins de l’hôpital Shaare Zedek ont tout fait pour le maintenir en vie. Lundi matin, ils ont indiqué que son état s’était amélioré.

Le terroriste, qui a tenté de s’enfuir après son attaque, a été rattrapé par un officier de police et un passant après une brève course poursuite. Il a été arrêté et doit répondre à un interrogatoire.

D’après le service de sécurité du Shin Bet, le terroriste présumé est un Palestinien de 24 ans du nord de la Judée-Samarie, près de la ville de Naplouse. Il a été identifié par les médias palestiniens comme étant Yasin Abu al-Qar’a.

L’homme de 24 ans possédait un permis de travail limité à la zone entourant la Judée-Samarie dite « zone de couture », mais pas à l’intérieur même d’Israël, a indiqué le Shin Bet.

Les services de sécurité ont indiqué que Qar’a n’était pas connu pour avoir des liens terroristes, mais sur sa page Facebook, il avait indiqué quelques heures avant l’attaque, être motivé par la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Deux de ses frères sont membres des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, a indiqué Hadashot.

Des protestations, parfois violentes, se sont produites dans la région depuis l’annonce de la nouvelle politique de Trump mercredi. Deux Palestiniens ont été tué vendredi lors d’affrontements dans la bande de Gaza, et deux autres – appartenant au Hamas – ont été tués lors de frappes aériennes israéliennes en riposte aux roquettes tirées vers Israël depuis l’enclave palestinienne dirigée par le groupe terroriste palestinien.

Le Hamas, groupe terroriste islamiste dont le but affiché est de détruire Israël, a appelé la semaine dernière à une nouvelle Intifada contre Israël, et a exhorté les Palestiniens à des confrontations contre les soldats et les habitants des implantations.

Il a aussi autorisé ces jours derniers des milliers de Gazaoui à affronter les soldats israéliens à la frontière avec Gaza. Son leader Ismail Haniyeh a salué vendredi la « Sainte Intifada », et a appelé à la libération de Jérusalem en indiquant clairement que ses membres allaient intensifier les violences contre Israël.

Compte-tenu de l’agitation et des violences, de nombreux officiers de police ont été déployés dans Jérusalem et des soldats de Tsahal à travers la Judée-Samarie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...