Le gouvernement allemand va investir 500 000 euros par an dans des start-ups israéliennes à partir de l’automne 2015.

Ce sera la première fois que le programme allemand EXIST, qui vise à encourager l’esprit d’entreprise dans les universités et les instituts de recherche allemands, investira dans des start-ups d’un autre pays. Le programme est conçu pour les jeunes qui terminent leurs études universitaires.

Brigitte Zypries, secrétaire parlementaire d’Etat de l’Allemagne au ministère fédéral des Affaires économiques et de l’Energie, a fait cette annonce lors d’une cérémonie marquant le cinquantième anniversaire des relations diplomatiques et commerciales entre l’Allemagne et Israël.

L’événement de Tel-Aviv a réuni des dizaines d’entreprises et d’investisseurs allemands et leurs homologues israéliens. Des diplomates et des dirigeants y ont fait l’éloge du commerce entre les deux pays – 6,5 milliards d’euros annuel.

Zypries remplaçait l’orateur prévu, le ministre Sigmar Gabriel, appelé à la dernière minute pour faire face à la crise grecque.

Israël et l’Allemagne n’avaient pas de relations diplomatiques jusqu’en 1965, malgré de nombreux contacts informels, commerciaux et académiques, après 1952, lorsque l’Allemagne a accepté de payer des réparations à Israël pour les Juifs assassinés et réduits à l’esclavage durant l’Holocauste.

Depuis lors, l’Allemagne est devenue le plus grand partenaire commercial d’Israël en Europe, et les deux pays coopèrent dans un large éventail de domaines – culture, science, social, économie, etc.

La coopération universitaire ouvre la voie à une forte relation diplomatique entre les deux pays, a déclaré Mickey Federmann, président du conseil d’administration de l’Université hébraïque de Jérusalem.

En fait, selon Boaz Golany, professeur au Technion et vice-président de l’université, le Technion a ses racines en Allemagne ; un grand nombre des membres de son personnel d’origine venaient d’Allemagne, et les cours étaient à l’origine donnés en allemand.

« C’est une base très solide pour cette coopération, qui est solide et croissante », a déclaré Federmann. L’Institut Weizmann des sciences d’Israël et les instituts Max Planck d’Allemagne ont des liens particulièrement forts, a-t-il ajouté.

Les candidats israéliens acceptés par EXIST recevront des fonds pour travailler dans une université en Allemagne pendant un an, où ils auront également l’occasion de rencontrer des start-ups allemandes.

Jusqu’à 30 entrepreneurs israéliens feront partie du programme chaque année.

L’initiative vise à aider les deux pays en internationalisant le marché berlinois et en ouvrant le marché européen aux start-ups israéliennes.

Zypries prévoit que le programme sera un grand succès, car les Israéliens et les Allemands ont tendance à bien s’entendre. « Nous savons qu’il y a beaucoup d’Israéliens à Berlin et beaucoup de Berlinois aiment Tel-Aviv. »