A l’issue d’une enquête de longue haleine, la police israélienne a émis mercredi une recommandation, préconisant des poursuites judiciaires pour harcèlement sexuel et attentat à la pudeur d’une salariée à l’encontre de Mgr Elias Chacour, 74 ans, l’ancien archevêque melkite de Saint Jean d’Acre, Haïfa, Nazareth et de la Galilée.

« Il existe des preuves que le suspect a commis une offense d’attentat à la pudeur contre la plaignante », peut-on lire dans un communiqué de l’unité criminelle Lahav 433.

Les conclusions de l’enquête seront transmises au procureur de l’État qui déterminera si Chacour doit être jugé.

L’enquête a été lancée après le dépôt d’une plainte par une salariée du centre pédagogique de l’église, qui a accusé l’ancien archevêque et affirmé que Chacour l’avait licenciée après les incidents, en 2008.

Archevêque entre 2006 et 2014, Chacour est le premier Palestinien à avoir occupé cette position. Il a soumis sa démission au pape François en début d’année en raison de sa santé déclinante et, pour certains, en raison des charges qui pesaient contre lui.

Chacour a cependant affirmé que sa retraite n’était pas liée aux accusations.

L’archevêque émérite est titulaire d’un doctorat en théologie et de deux masters en Talmud et en études bibliques de l’Université de Jérusalem.

Quand il a obtenu son diplôme en 1968, Chacour fut le premier Arabe israélien à décrocher un master à l’Université hébraïque.