Le directeur d’une école a été hospitalisé dans un état critique, et un homme a été tué à Haïfa, dans deux fusillades séparés jeudi matin.

Les cours dans la ville bédouine de Kuseife dans le sud d’Israël ont été annulés pour la journée après que le directeur de l’école d’Abu Wadi a été abattu alors qu’il conduisait près d’un bâtiment du gouvernement au début de la matinée.

Il a été transporté à l’hôpital Soroka de Beer Sheva et la police a ouvert une enquête.

Le contexte de la fusillade n’est pas connu, mais les fonctionnaires indiquent qu’ils ne pensent pas qu’elle ne soit liée à sa fonction de principal, selon le site d’informations Ynet.

Cependant, la police a indiqué que l’attaque mettait les écoliers potentiellement en danger.

« Nous parlons d’une fusillade grave tandis que les enfants étaient sur le chemin de l’école », a déclaré un fonctionnaire de police à Ynet. « Ce n’est que par chance que personne d’autre n’ait été blessé ».

A Haïfa, un homme a été tué et deux autres ont été blessés dans une fusillade survenue en plein jour dans le centre de la ville. Il est possible que cette fusillade soit liée à un règlement de compte entre gangs.

Un homme à moto a tiré sur les trois hommes alors qu’ils étaient en voiture sur la rue Hameginim, en face du port de Haïfa. L’homme qui est mort a été décrit par la police comme ayant une quarantaine d’année.

Les deux autres hommes, âgés de 32 ans et de 41 ans, ont été pris en charge par le centre médical Rambam de Haïfa, et leurs blessures seraient assez légères d’après l’hôpital.

Selon les ambulanciers présents sur les lieux, les deux hommes étaient encore conscients après l’attaque.

La police de Haifa a rapidement commencé à quadriller la zone pour retrouver le conducteur de la moto, a indiqué un porte-parole de la police.

Selon la police israélienne, l’enquête autour du meurtre se dirige vers la piste criminelle – et non nationaliste.

« La fusillade a eu lieu au milieu de l’intersection, d’une moto vers le véhicule », a déclaré le chef de la police de Haïfa, Avi Adri. « Après, le tireur a pris la fuite, et nous avons lancé une recherche contre lui. »

« Les victimes sont les membres d’une famille de Haïfa qui est bien connue par les services de police », a-t-il ajouté.

Ces deux attaques ne sont que les plus récentes d’une série d’attaques criminelles à la bombe et de fusillades à travers le pays.

A Ashdod, le 21 avril, une grenade a été jetée dans une automobile blessant un homme et une femme.

Samedi soir, deux jeunes enfants et un adolescent ont été blessés à Eilat, quand un homme a tenté de tuer un ancien membre de la famille de Michael Mor. Le père des trois mineurs blessés a ensuite été arrêté pour son implication possible dans une attaque présumée motivée par vengeance contre la maison de Mor à Nahariya.

Et plus tôt cette semaine, trois personnes ont été blessées lors d’une tentative d’assassinat présumée dans la banlieue de Tel-Aviv à Givatayim. Selon la police, la cible était bien connue des services de police ; l’un des trois est décrit comme son garde du corps.