Un professeur israélien pourrait faire l’objet d’une enquête de la police pour propos et incitation à la haine en raison d’attaques contre les Juifs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord – sur Facebook et en direct à la télévision, dimanche.

Amir Hetsroni
, un ancien professeur controversé à l’université Ariel, a affirmé que les Israéliens originaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord étaient responsables de la réélection du Premier ministre Benjamin Netanyahu – une réélection qu’il déplore.

Le recours d’Hetsroni à un discours rempli de haine et son éviction ultérieure du studio d’enregistrement ont attiré l’attention des Israéliens déchirés par des tensions après une campagne houleuse et des accusations de racisme contre Netanyahu. Cela a aussi suscité la condamnation des politiciens et des personnalités publiques.

Le chef de la police d’Israël, Yohanan Danino, a annoncé lundi qu’il étudiait la possibilité de poursuivre Hetsroni sur la base de ses déclarations.

Celui-ci a été renvoyé l’an dernier de son poste au département de communication de l’université d’Ariel après des commentaires insultants sur les femmes victimes d’agressions sexuelles.

Hetsroni était invité au talk-show matinal de la Deuxième chaîne dimanche.

L’animateur Galit Gutman a lu à haute voix une publication postée sur Facebook dans laquelle le professeur rendait la loi du retour (une loi adoptée en 1950 pour garantir le droit de tous les Juifs à vivre et devenir un citoyen de l’Etat d’Israël) responsable des résultats des élections.

« Si nous n’écartions pas nos jambes à toutes sortes de Juifs sans sélection, des Juifs à l’origine douteuse et des demi-Juifs en provenance de pays de troisième ordre, dont les caractéristiques sont d’embrasser des amulettes, manger du houmous, boire du bortsch, prendre les subventions du gouvernement et avoir un orgasme en se disputant avec le monde – Buji [dirigeant de l’Union sioniste Isaac Herzog] aurait gagné avec facilité … La gauche israélienne paie le prix du sionisme, et personne d’autre que le professeur [Hetsroni lui-même] … est prêt à le dire », écrivait-il.

Dans la dispute qui a suivi entre Hetsroni et une autre invitée, Amira Buzaglo, Hetsroni s’est écrié : « Rien de mauvais ne se serait passé si vos parents étaient restés au Maroc et s’ils avaient pourri là-bas. »

Bien que Hetsroni ait affirmé que sa remarque « ne fait pas de moi un raciste ou un fasciste », l’animateur Yoav Limor a désapprouvé ses déclarations et lui a demandé de quitter le studio, ce qu’il a fait.

Les remarques d’Hetsroni ont été largement condamnées, y compris par les politiciens de différents partis qui ont utilisé les médias sociaux pour critiquer le professeur.

« Je rejette avec dégoût les paroles d’Hetsroni d’incitation [à la haine]. Nous parlons d’un provocateur dont les déclarations sont des crimes de haine », a écrit Mossi Raz de Meretz.

« Je dénonce fortement les expressions nauséabondes et racistes d’Hetsroni. En passant, je ne sais pas pourquoi il est qualifié de gauchiste, parce qu’il a fait des remarques blessantes contre la gauche, les féministes et d’autres. Il est juste un provocateur raciste qui fait du bruit et cherche [à attirer] l’attention … il doit être puni », a déclaré Ksenia Svetlova, députée de l’Union sioniste.

Un autre député de l’Union sioniste, Eitan Cabel, a déclaré qu’il préférerait voir des débats sur des sujets universitaires sérieux plutôt que sur « ce provocateur de pacotilles, qui prétend être un intellectuel et qui ne cesse de polluer nos écrans de télévision ».

Hetsroni s’est défendu sur les médias sociaux. Il n’est pas étranger à la controverse. Il a entre autres publié un article l’été dernier à propos de la liberté d’expression contre l’opération israélienne à Gaza et les boycotts universitaires.

Une requête déposée contre l’université Ariel pour son licenciement suite à ses déclarations contre les victimes d’abus sexuels est toujours en attente de jugement par le tribunal du travail.

Son profil sur le site de l’université déclare qu’il est en congé sans solde jusqu’à ce que son emploi prenne officiellement fin le 30 septembre 2015.

Dans le sillage de la tempête provoquée par son apparition dans le talk-show matinal, Hetsroni est apparu au Tzinor Layla Show de dimanche soir, sur la Dixième chaîne. Il a indiqué à l’animateur Guy Lehrer qu’il a l’intention de quitter Israël dans l’année.

« Je vous laisse avec toutes ces ordures pour partir d’ici, a-t-il précisé. Je suis trop logique, trop intelligent et j’ai trop de succès pour ce pays. »