Un quota minimum de 7 % des emplois publics destiné aux ultra-orthodoxes
Rechercher
'Plus facile pour eux et meilleur pour l'économie israélienne'

Un quota minimum de 7 % des emplois publics destiné aux ultra-orthodoxes

Au cours des trois prochaines années, ce secteur religieux devrait être davantage représenté dans le travail au service du gouvernement. Objectif : Intégrer la communauté

Photo d'illustration : Des femmes ultra-orthodoxes travaillent dans l'entreprise de technologie du Malam Group IT dans l'implantation de Beitar Illit, le 19 août 2009 (Crédit : Nati Shohat/Flash90/File)
Photo d'illustration : Des femmes ultra-orthodoxes travaillent dans l'entreprise de technologie du Malam Group IT dans l'implantation de Beitar Illit, le 19 août 2009 (Crédit : Nati Shohat/Flash90/File)

Le cabinet a décidé dimanche d’allouer au moins 7 % de tous les emplois du secteur public en Israël à la communauté ultra-orthodoxe, espérant stimuler le taux d’activité au sein des haredim [juifs ultra-orthodoxes].

Cette décision prise par le cabinet a établi un délai de trois ans pour la mise en place de normes d’emploi, a indiqué le gouvernement. Chaque année, environ 130 nouveaux postes seront offerts à la communauté ultra-orthodoxe.

En 2017, les hommes et les femmes ultra-orthodoxes ont représenté 9 % de la population de 20 à 64 ans et un total de 7 % de la main-d’oeuvre.

La décision de garantir qu’un quota d’ultra-orthodoxes sera appliqué dans le recrutement de la fonction publique entre dans le cadre d’un effort plus large d’intégration de cette communauté en Israël.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, chef du parti ultra-orthodoxe Shas, a indiqué : « Aujourd’hui, nous avons pris une initiative historique au gouvernement et approuvé une décision spectaculaire qui affectera les vies de milliers d’ultra-orthodoxes doués dans leurs études qui se sont trouvés jusqu’à présent dans l’incapacité d’intégrer le marché du travail. A partir de maintenant, ce sera plus facile pour eux et meilleur pour l’économie israélienne ».

Le député Uri Maklev du parti YaHadout HaTorah a salué cette décision.

« Dorénavant, les travailleurs ultra-orthodoxes ne resteront pas en bas de la liste », a-t-il dit, « pour bénéficier des droits qu’ils méritent et d’une représentation proportionnelle parmi les employés du gouvernement et du secteur public », a rapporté l’agence Walla.

La ministre de l’Egalité sociale, Gila Gamliel du Likud, a indiqué que cette décision était une véritable révolution dans la promotion de l’égalité en faveur de la communauté ultra-orthodoxe.

Gila Gamliel, ministre Likud de l’Egalité sociale, à Eilat, dans le sud d’Israël, le 29 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...