AMSTERDAM – Un rappeur hollandais qui a chanté qu’il s’ « assied sur l’argent comme un juif » et « déporte » les femmes intéressées a défendu son texte en affirmant qu’il s’agissait d’un « compliment » dénué de tout sous-entendu antisémite.

Ali Bouali, rappeur à succès d’origine marocaine, également connu aux Pays-Bas comme militant contre la discrimination, a défendu ces répliques de son nouveau titre « That Is Money », dans un entretien publié mardi dans le quotidien Het Parool.

Bouali, plus connu sous le nom d’Ali B., répondait aux critiques de son titre publiées ce même jour dans un éditorial de Jonet, un site d’information juif hollandais.

« Au lieu de critiquer l’antisémitisme virulent des jeunes islamistes, ce chouchou marocain a clairement choisi de propager un préjugé antisémite classique contre les juifs », pouvait-on lire dans l’éditorial de Jonet.

« Je dis simplement que ce sont de bons hommes d’affaires », a déclaré Ali B. à Het Parool. Concernant l’utilisation du mot « déportation », il a déclaré qu’il s’agissait uniquement d’un « jeu de mot » signifiant qu’il « envoie les chercheuses d’or faire leurs valises ».

« Ils veulent prendre chaque mot qu’un Marocain a jamais prononcé et le transformer en quelque chose d’antisémite », a-t-il ajouté, citant les critiques négatives reçues sur Twitter et sur son site internet.

Depuis sa publication le 23 décembre sur YouTube, le clip de « That Is Money » a été vu plus d’un million de fois.

Ali B. a remporté de nombreuses récompenses pour sa musique, dont un « Kids Choice Award » en 2005, ainsi qu’une récompense de TMF, la version hollandaise des MTV Awards, et une récompense de Televizier en 2011 et 2012.