D’éminents républicains juifs font partie des dizaines de conservateurs de la communauté de l’administration de la sécurité nationale des États-Unis qui élèvent leurs voix contre Donald Trump, le candidat à l’investiture républicaine pour les élections présidentielles.

Une lettre publiée hier par quelque 60 conservateurs influents parmi les instituts de réflexion et les anciens des administrations républicaines énumère les façons dont ils pensent que le magnat milliardaire de l’immobilier « rendrait l’Amérique moins sûre », y compris avec « sa rhétorique haineuse et anti-musulmane » qui « sape la gravité de la lutte contre le radicalisme islamique ».

Ils l’accusent également de montrer du mépris pour leurs voisins tels que le Mexique et les alliés comme le Japon tout en admirant des dictateurs comme Vladimir Poutine.

La lettre qualifie Trump de personne inepte en affirmant qu’il « passe de l’isolationnisme à l’aventure militaire en l’espace d’une phrase ».

« En tant que républicains engagés et loyaux, nous sommes incapables de soutenir une liste du parti avec M. Trump à sa tête », a ajouté la lettre publiée sur le site « War on The Rocks », un site conservateur spécialisé en politique étrangère et sur les actualités en sécurité nationale qui publie également des opinions.

« Nous nous engageons à travailler énergiquement pour empêcher l’élection d’une personne si totalement inapte pour le bureau ».

La lettre est le fruit du travail d’Elliot Cohen, un conseiller au département d’État sous George W. Bush.

Une bonne partie des signataires sont des membres juifs de la communauté nationale conservatrice, qui inclut Michael Chertoff, le secrétaire à la sécurité intérieure sous la présidence de George W. Bush, Max Boot, un conseiller en politique étrangère pour le sénateur John McCain, R-Ariz, quand il était le candidat républicain aux élections présidentielle de 2008, Eric Edelman, un sous-secrétaire à la Défense sous George W. Bush ; et Dov Zakheim, un sous-secrétaire adjoint à la défense sous la présidence de Ronald Reagan.