La guerre de cet été à Gaza a peu endommagé ses capacités militaires du Hamas, a fait savoir un des chefs politiques du mouvement au cours de cette semaine. Des déclarations visant à lutter contre les affirmations israéliennes selon lesquelles le mouvement a été considérablement affaibli lors de l’opération Bordure protectrice.

« Après tous les bombardements et la guerre, Israël a réduit les capacités militaires du Hamas de moins de 7 %, » a déclaré Abu Marzuk dans un long entretien avec le quotidien égyptien A-Shorouk publié lundi.

Abu Marzuk a également admis que les ravisseurs des adolescents israéliens appartenaient au Hamas, mais qu’ils ont effectué l’opération « en tant qu’individus, sans que la direction de l’organisation ne soit au courant. »

« Les Palestiniens, indépendamment de leur affiliation à une organisation, ne cesseront jamais de chercher des moyens de libérer leurs prisonniers, » a ajouté Abu Marzuk. « Par conséquent, je ne peux pas exclure de futures tentatives d’enlèvement pour libérer les prisonniers des prisons israéliennes. »

Les déclarations d’Abu Marzuk ont été publiées après que des détails sur une attaque massive prévue par le Hamas soient sortis mardi dans le magazine Vanity Fair. Selon le rapport, le Hamas se préparait à envoyer 200 terroristes en Israël via des tunnels souterrains, à enlever et tuer un grand nombre d’Israéliens.

Plus tôt cette semaine, un quotidien du Hamas a interviewé une équipe de creuseurs de tunnels travaillant à la reconstruction d’un tunnel endommagé par Israël lors de l’opération Bordure protectrice.

Le Hamas avait refusé d’accepter la proposition de cessez-le-feu égyptienne, a déclaré Abu Marzuk, car cela aurait interdit à son mouvement de creuser des tunnels offensifs vers Israël. L’accord final atteint fin août n’a pas de clause spécifique limitant cette activité.

Le Hamas a également été mécontent d’une clause dans la proposition égyptienne qui liait l’ouverture des points de passage avec Israël à la stabilité de la sécurité, une clause qui permettrait d’assurer que « le passage entre Gaza et les territoires occupés soient fermés pour toujours » a-t-il déclaré.

« La communication indirecte avec Israël sert nos intérêts »

Quelques jours avant les pourparlers de cessez-le-feu entre le Hamas et Israël devraient reprendre au Caire par l’intermédiaire de services de renseignements égyptiens, Abu Marzuk a déclaré que s’il n’existe pas de prohibition religieuse pour traiter directement avec Israël, des pourparlers indirects continuent à servir les intérêts politiques du Hamas.

« Ils [les pourparlers directs] nous mettraient une pression à l’heure actuelle, » a-t-il déclaré. « Permettez-moi de vous donner un exemple. Lors d’une première série de réunions indirectes, Israël a demandé le désarmement du Hamas à partir de l’Egypte. Mais l’intermédiaire égyptien a refusé de transmettre cette demande, de sorte que cela n’a jamais été à l’ordre du jour. Si nous et l’entité sioniste devions communiquer directement, cela nous serait immédiatement proposé. »

Selon Abu Marzuk, le chef du renseignement égyptien a repoussé la demande de désarmement israélien en demandant aux négociateurs israéliens : « Vous exigez de désarmer le Hamas, mais les États-Unis ont-ils pu désarmer les talibans ? »

« Hamas = Etat islamique ? Non »

Interrogé sur les déclarations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu assimilant l’idéologie du Hamas et l’Etat islamique, Abou Marzouk s’est montré plein de dédain.

« Malheureusement, ce sont les Américains qui ont inventé ceux-là, en disant que le Hamas ressemblait à l’Etat islamique. Mais l’EI considère le Hamas comme des hérétiques » a-t-il estimé.

Selon le responsable du Hamas, certains pays occidentaux soutiennent l’État islamique dans le but de combattre l’islam politique représenté par le Hamas et les Frères musulmans. Abu Marzuk a ajouté qu’Ansar Bayt Al-Maqdis, une filiale d’Al-Qaïda active dans la péninsule du Sinaï, a nui à la cause palestinienne en effectuant des opérations militaires contre l’armée égyptienne, sous le prétexte de libérer la Palestine.

« Lorsque nous parlons de libération de la terre de Bayt Al Maqdis [Jérusalem], alors arrive une organisation qui utilise ce nom à ses propres fins, cela est nuisible. Cela diminue le soutien à la cause palestinienne parmi les citoyens égyptiens. »

« Les relations du Hamas avec l’Egypte devraient s’améliorer »

Les relations instables du Hamas avec l’Egypte depuis l’éviction du président Morsi en juin 2013 vont être amenées à s’améliorer dans les prochains jours, a affirmé Abu Marzuk [malgré le fait que les Frères musulmans soient hors-la-loi en Egypte].

Abu Marzuk a déclaré que la fermeture des tunnels de contrebande à partir de la péninsule du Sinaï réduira probablement le terrorisme transfrontalier émanant de Gaza. « Nous admettons que les tunnels sont un outil illégal et nous l’avons dit dès le début, mais c’est un moyen qui nous est imposé par la situation politique. »

Le Hamas, a-t-il noté, a annulé l’autorité publique responsable de la taxation des produits de contrebande depuis l’Egypte par les tunnels. Il aurait même remis les contrebandiers aux autorités égyptiennes.

« Quelque 20 000 personnes étaient employées dans les tunnels, mais cette histoire est terminée, » a-t-il expliqué.

« Nous essayons également de rassurer les Egyptiens en ce qui concerne l’aspect sécuritaire. »