Un haut responsable de l’Organisation de libération de la Palestine a confirmé mardi un rapport du Times of Israel selon lequel le ministre de l’Intérieur israélien, Silvan Shalom, et le négociateur palestinien Saeb Erekat ont tenu des pourparlers secrets à Amman ces derniers jours.

Tayseer Khaled, membre du bureau politique de l’OLP et du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine, a déclaré que la réunion secrète dans la capitale jordanienne n’était pas la première, selon un rapport publié dans le journal palestinien en ligne Donia Al-Watan.

« Il y a eu des réunions secrètes dans plusieurs villes européennes comme Paris, et plus récemment à Oman », a-t-il affirmé.

Khalid a déclaré que l’implication de Shalom était une tentative d’Israël de contrer son isolement croissant de la communauté internationale, suite à la rupture des pourparlers de paix entre les Israéliens et les Palestiniens l’année dernière.

Selon des sources israéliennes, les deux personnalités se rencontrent dans une tentative de calmer les tensions entre les deux parties.

Shalom, un haut législateur du Likud, est négociateur en chef israélien dans les pourparlers de paix avec les Palestiniens. Dans un récent discours, il a appelé les parties « à reprendre les négociations et à essayer de parvenir à des ententes et à des accords. »

Il s’est également dit favorable à des « discussions franches menées discrètement ».

On ignore les sujets soulevés dans les discussions, ou leurs résultats. La réunion d’Amman a été décrite comme une initiative « renforçant la confiance ».

Les tensions entre Israël et les Palestiniens ont augmenté la semaine dernière, suite à la mort de deux Palestiniens par des tirs des forces israéliennes dans des incidents séparés mercredi et jeudi, et à l’approbation de la construction de centaines de maisons israéliennes en Cisjordanie, mettant fin à un gel de la construction d’une année dans les implantations isolées de Cisjordanie.

Pendant ce temps, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se prépare à annoncer sa démission en tant que chef de l’Autorité palestinienne dans un délai de deux mois, a rapporté la Première chaîne. Des responsables palestiniens ont affirmé à la station que la démission du président de 80 ans était due à « la fatigue ». Il n’y a aucune confirmation officielle de ce rapport.

Vendredi, l’ancien secrétaire général de l’OLP, Yasser Abed Rabbo, a attaqué Abbas dans une interview avec Al-Monitor, affirmant que le président était gouvernait « en solo » la Cisjordanie. Abbas a été élu en 2005 pour un mandat de quatre ans, mais est resté en fonctions sans nouvelles élections.