Comment les pirates islamistes ont-ils obtenu les numéros de téléphone et adresses e-mail des Israéliens visés par des SMS de menace ces derniers jours ?

Ces informations auraient été usurpées suite au piratage samedi de IsraelDefense, un site Internet et un magazine spécialisés dans la cyber-défense.

« Nous ne pouvons affirmer avec certitude que cette base de données soit la source des numéros de téléphone utilisés pour l’attaque, mais aucune autre large base de données n’a été piratée ce weekend », a déclaré le Dr Tal Pavel de Middle Eastern Net, également enseignant au Collège académique de Netanya. « Tout porte à croire, qu’ils ont utilisé celle-ci ».

Ironie du sort, cette base de données appartiendrait à IsraelDefense, une organisation qui a récemment parrainé un grand événement sur la cybersécurité, vantant les prouesses d’Israël dans le développement de ces technologies de défense, contre précisément les hackages visant ce type de base de données contenant des renseignements personnels.

Les investigations sur ce piratage sont en cours.

Des SMS jurant « vengeance » ont été envoyés en hébreu et en anglais depuis des numéros de téléphone israéliens et de l’Autorité palestinienne.

Dans un hébreu et un anglais très approximatif, les Brigades Ezzedine al-Qassam, branche armée du Hamas, à l’origine des messages, promettaient « Hamas… lors de la prochaine guerre, toute la terre de Palestine sera reconquise », ou encore « Al Qassam vous a désigné comme étant le prochain Schalit ».

Outre les SMS, un courriel de IsraelDefense a été reçu par de nombreux abonnés du site.

« Si Gaza est attaquée, la vie des sionistes sera un enfer », pouvait-on lire dans l’email qui contenait également des clichés de l’ancien chef du Hamas Cheikh Ahmed Yassine avec le message suivant : « Il s’agit d’un rappel pour vous dire que nous n’oublierons pas le sang de notre Cheikh. Nous nous engageons à nouveau à nous venger, et cette fois pour couper les têtes de vos commandants ».

Le nombre d’Israéliens visés par ces messages de menaces ne peut être avancé avec certitude, selon Pavel, qui estime ce nombre à des dizaines de milliers.

La journée de samedi a été marquée par un regain de tension dans les territoires palestiniens qui célébraient le dixième anniversaire de la mort de Yassine.

Le fondateur et chef spirituel du Hamas, qui prônait les attentats suicides contre l’Etat hébreu, a été tué dans un raid de l’armée israélienne le 22 mars 2004. Hier, une foule estimée à 40 000 personnes s’est rassemblée à Gaza pour rendre hommage au leader terroriste.

Plus tôt samedi, l’armée israélienne a éliminé à Jénine Abu al-Hija, un membre du Hamas qui fomentait un attentat terroriste majeur contre Israël, ont indiqué des responsables israéliens.