Un soldat égyptien a été tué et six policiers ont été blessés vendredi dans un attentat suicide contre un poste de sécurité dans le sud du Sinaï, ont annoncé des responsables de la sécurité.

Au même moment, cinq civils, tous Egyptiens, ont été blessés par une explosion visant un bus sur une route voisine dans le district d’Al-Tour, selon les mêmes sources.

Les forces de sécurité sont déployées en nombre le long de la côte dans cette région essentielle pour le secteur du tourisme, déjà en grande difficulté à travers le pays en raison des troubles qui perdurent depuis la révolution de 2011.

Les attaques meurtrières contre les forces de l’ordre se sont multipliées en Egypte depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet et initié un vaste mouvement de répression de ses partisans.

La plupart de ces attaques ont eu lieu dans le Sinaï, mais depuis quelques mois, elles se sont aussi propagées dans le delta du Nil et dans la capitale.

Ces attaques ont fait depuis juillet quelque 500 morts, essentiellement des policiers et des soldats, selon les autorités qui considèrent les Frères musulmans de M. Morsi comme responsables, malgré les démentis de la confrérie désormais classée comme « terroriste ».

Les plus meurtrières ont été revendiquées par le groupe jihadiste Ansar Beit al-Maqdis, basé dans le Sinaï et qui dit s’inspirer d’Al-Qaïda.

Mais un autre groupe jihadiste, Ajnad Misr, a revendiqué plusieurs attaques récentes au Caire, se disant prêt à frapper à nouveau les forces de l’ordre en représailles à la répression qui a fait 1.400 morts, selon Amnesty International, parmi les pro-Morsi.