Un soldat israélien a été tué vendredi par des tirs effectués depuis un bâtiment situé près d’une école de l’ONU dans le centre de la bande de Gaza, a affirmé l’armée israélienne.

Ce décès porte à 35 le nombre des militaires israéliens tués depuis le début le 8 juillet de l’opération militaire israélienne contre l’enclave palestinienne, étendue au sol le 17 juillet.

Critiquées pour le lourd bilan des victimes civiles palestiniennes, les autorités israéliennes accusent le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, d’utiliser la population comme « boucliers humains ».

C’est le plus lourd bilan pour l’armée israélienne depuis qu’elle avait perdu 119 hommes dans la guerre livrée au Hezbollah libanais en 2006.

« A la mi-journée (vendredi), des combattants (palestiniens) ont tiré au mortier ainsi que des missiles antichars depuis une structure proche d’une école de l’UNWRA », l’Agence pour l’aide aux réfugiés palestiniens, « tuant un soldat et en blessant plusieurs », selon un communiqué de l’armée qui n’a pas précisé le lieu exact de la mort du soldat, Guy Levy, âgé de 21 ans.

Depuis jeudi minuit, 14 soldats ont été modérément ou légèrement blessés au cours de combats dans la bande de Gaza, selon le communiqué.

Cette annonce intervient au lendemain du drame survenu dans une école de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, quand une quinzaine de Palestiniens qui y étaient réfugiés avaient, selon les secours palestiniens, été tués par un tir israélien.

L’Union européenne et l’ONU ont exigé qu’Israël diligente une enquête sur ce drame.