Un soldat de Tsahal a légèrement été blessé lundi matin lors d’un affrontement avec des Palestiniens qui ont jeté des pierres et des engins explosifs faits maison sur des troupes en dehors de Ramallah, a déclaré un porte-parole de l’armée.

Le ministère de la Santé palestinien a fait état de 28 blessés par balles, dont un touché à la tête. Un soldat a été blessé par des jets de pierre et transporté par un de ses camarades car il semblait incapable de marcher seul, selon ces journalistes.

Les troupes menaient « des activités de routine » dans la région, près du camp de réfugiés d’Al-Amari à l’extérieur de Ramallah en Cisjordanie, a indiqué l’armée israélienne, quand des dizaines de Palestiniens locaux ont commencé à les bombarder avec des explosifs artisanaux et des pierres.

Une escouade de soldats israéliens est entrée tôt dans le camp situé à l’entrée de la ville où siège l’Autorité palestinienne. L’armée israélienne a évoqué « des activités opérationnelles ».

Une fois entrés dans les ruelles d’al-Amari, les soldats ont affronté des centaines de jeunes qui leur lançaient des pierres et des bouteilles en verre. Les soldats ont répliqué par des tirs et des jets de grenades lacrymogènes et assourdissantes.

« Les soldats ont appelé les émeutiers à cesser leurs attaques et utilisé les moyens de dispersion anti-émeute. Alors que les violences ne faiblissaient pas, ils ont tiré sur les principaux instigateurs », a-t-elle ajouté.

Alors que la manifestation se poursuivait, les soldats ont tiré des balles réelles sur « les principaux instigateurs », a précisé l’armée israélienne.

Au cours de l’affrontement, 28 Palestiniens ont été blessés à des degrés différents, certains après avoir inhalé du gaz et d’autres ont été blessés par des balles en caoutchouc, selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

La radio israélienne, citant des sources palestiniennes, a déclaré que cinq Palestiniens ont été blessés par des tirs à balles réelles.

Le soldat blessé a été transporté à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem pour être soigné, selon l’armée.

Bien que la plupart des émeutiers ont fui les lieux peu après que l’armée a commencé à tirer à balle réelle, la manifestation a continué dans l’après-midi.

Les soldats étaient dans le camp de réfugiés afin d’arrêter un trafiquant d’armes nommé Ayman Abu Arab, qui n’était pas à son domicile, selon le site d’actualité palestinien Maan.

Dimanche soir et lundi matin, des soldats ont arrêté 10 Palestiniens en Cisjordanie car ils étaient soupçonnés d’avoir pris part à des manifestations violentes ou d’autres formes de « terrorisme populaire », un terme utilisé par l’armée israélienne qui inclut les jets de cocktail Molotov et de pierre.