Israël ajoutera un quatrième sous-marin de pointe de classe Dolphin à sa flotte dans les prochains jours, indique un commandant de la marine israélienne mardi.

« En ce moment même, après avoir quitté l’Allemagne, l’INS Tanin, le quatrième sous-marin de la marine et de l’Etat d’Israël est en route pour Israël », a annoncé le vice-amiral Ram Rothberg pendant une cérémonie de la remise de diplômes navale.

« Il peut plonger à un niveau plus profond, aller plus loin et plus longtemps et peut fonctionner à un niveau que l’on n’a jamais vu avant aujourd’hui ».

L’arrivée imminente de l’INS Tanin renforcera la flotte sous-marine israélienne qui connait une hausse spectaculaire du nombre et de la durée de ses opérations en mer ces dernières années.

Selon le haut-responsable de la marine, la flottille sous-marine a passé 58 % de son temps en déploiement opérationnel.

Les 42 % restants du temps sont consacrés à l’entraînement. Cela marque une augmentation importante comparé au trois années précédentes. Dans le passé, les sous-marins passaient juste 36 % de leur temps déployé en mer.

Les sous-marins ont aussi mené 54 opérations spéciales en 2013, une autre hausse assez nette par rapport aux autres années.

Les opérations comprennent un déploiement sur la côte libanaise et d’autres déploiements non spécifiés qui ont duré plusieurs semaines et qui se sont déroulés à plusieurs milliers de kilomètres d’Israël.

Israël doit aussi recevoir un cinquième sous-marin de la classe Dolphin d’Allemagne, et un INS Rahav plus tard dans l’année.

Ces nouveaux sous-marins ont des moteurs qui ne requièrent pas de remonter à la surface pour s’alimenter en air, et élargissent donc efficacement la portée navale (et semble-t-il, nucléaire) de la marine israélienne et lui permettra de mener des opérations qui dureront plus longtemps et seront plus éloignées.

En 2012, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a annoncé que la flotte sous-marine israélienne possédait des capacités nucléaires. Elément qui est apparemment connu de Berlin mais qui préfère ne pas le reconnaître publiquement pour éviter d’avoir à se justifier.

Les sous-marins, selon Der Spiegel, sont équipés de missiles de croisière Popeye, qui peuvent supporter des ogives nucléaires pesant plus de 200 kg. Les ogives nucléaires sont fabriquées à la centrale nucléaire de Dimona en Israël, selon l’article.

Israël maintient l’ambiguïté nucléaire. Il n’infirme ni ne confirme la rumeur selon laquelle il possède des armes nucléaires.