Une organisation palestinienne a fait voler ces deniers jours un drone au-dessus des champs d’une implantation de Cisjordanie. Elle a ainsi obtenu des vidéos non autorisées d’emplacements sensibles, selon une association de droite pro-implantation qui a suivi l’incident.

La vidéo de la zone entourant Havat Maon, dans le sud des collines de Hébron, obtenue par le drone a été transmise aux médias israéliens par l’organisation Regavim. L’ONG a déclaré que la « documentation des implantations et des localisations de nature sensible en Cisjordanie franchit une dangereuse ligne rouge. »

Le drone aurait décollé depuis un village palestinien proche de l’implantation, survolé les personnes responsables de sa conduite, puis les champs agricoles proches de Havat Maon avant de s’écraser dans une zone boisée.

L’organisation palestinienne accusée d’avoir fait voler le drone a été identifiée par la Deuxième chaîne comme le Syndicat des commissions agricoles, basé à Ramallah, qui travaille avec les fermiers et les agriculteurs palestiniens sur plusieurs programmes et activités en Cisjordanie. Le groupe est notamment financé par l’Union européenne, a affirmé Regavim.

Regavim, qui dit combattre la « conquête silencieuse des terres nationales d’Israël », a appelé le ministère israélien des Affaires étrangères à se plaindre de cet incident auprès de l’Union européenne.

Une source européenne anonyme a déclaré à la Deuxième chaîne que l’opérateur du drone était un indépendant et qu’il filmait les champs palestiniens quand l’engin aurait survolé les habitants de l’implantation avant de s’écraser. Il a également demandé à ce que son drone lui soit rendu, selon la chaîne.

Dans un post publié en hébreu sur Facebook à ce sujet, Regavim a déclaré avoir été alerté par un habitant de Havat Maon, qui a repéré le drone écrasé dans une zone boisée située à proximité de l’implantation, et a transféré les restes à l’unité dite des drones de l’association.

Des membres de cette unité ont pu retrouver les images filmées dans la carte mémoire du drone, et ont publié la vidéo sur internet et l’ont transmise aux médias israéliens, a indiqué Regavim.