Un témoin clé de l’enquête de corruption sur Bitan assigné à résidence
Rechercher

Un témoin clé de l’enquête de corruption sur Bitan assigné à résidence

La police pousserait Moshe Yosef, soupçonné d'avoir versé des pots-de-vin au service de David Bitan, à devenir témoin de l'accusation

Le chef de la coalition David Bitan à son arrivée à la Knesset le 11 décembre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de la coalition David Bitan à son arrivée à la Knesset le 11 décembre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un témoin clé dans une vaste enquête pour corruption impliquant le président de la coalition David Bitan a été libéré et assigné à résidence. La police chercherait à le faire devenir témoin de l’accusation dans l’affaire.

Moshe Yosef, homme d’affaires de Rishon Lezion et proche associé de Bitan, est soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin au service du député du Likud. Son fils a également été interrogé dans le cadre de l’enquête.

Selon un reportage diffusé vendredi par la chaîne Hadashot, les procureurs voudraient que Yosef accepte à une peine de trois ans de prison en échange du statut de témoin de l’accusation et de sa coopération dans l’enquête.

« Il y a une quantité substantielle de preuves contre vous de délits fiscaux pour un total avoisinant des millions de shekels. Si vous coopérez, nous nous satisferons de ces trois années de prison », auraient dit les enquêteurs à Yosef lors de sa libération, des propos rapportés par le reportage.

Le magasin Metzada à Rishon Lezion. (Crédit : capture d’écran Google Maps)

Dimanche, la police a passé plusieurs heures à examiner les dossiers trouvés dans le magasin de meubles de Yosef qui aurait été utilisé comme devanture pour des opérations de blanchiment d’argent.

Ce n’est pas la première fois que la police se rend dans ce magasin. Le quotidien Yedioth Ahronoth avait fait savoir que lorsque l’enquête sur Bitan avait commencé, les agents de police avaient installé des caméras cachées et des dispositifs d’enregistrement dans ce commerce et que, sur la base des preuves collectées, ils avaient établi un dossier très fort contre lui.

Des vidéos enregistrées par les caméras cachées montreraient Bitan en train de compter d’importantes sommes d’argent et semblant utiliser le magasin comme banque de retrait de liquidités. La chaîne Hadashot a fait savoir jeudi que Bitan peut être entendu dans les vidéos disant « Je dois aussi de l’argent à Dror », une référence apparente à Dror Glazer, lui aussi arrêté dans l’affaire.

Les séquences montreraient également Bitan en train de remercier chaleureusement Husam Jarushi, un membre de ce que la police considère comme l’une des familles du crime organisé la plus puissante et la plus violente d’Israël.

Bitan avait déclaré à la police durant ses interrogatoires qu’il ne connaissait pas Jarushi, affirmant que s’il l’avait rencontré, ce n’était qu’à la brève occasion d’un événement politique. Jarushi a lui aussi été appréhendé.

Quatre suspects ont indiqué aux enquêteurs qu’ils avaient donné de l’argent – ou prévu d’en verser – à Yosef, a fait savoir la chaîne publique Kan mardi dernier.

David et Hagit Bitan. (Facebook)

La Dixième chaîne a fait savoir, mardi dernier également, que les agents avaient secrètement filmé l’épouse de Bitan, Hagit Bitan, quittant le magasin de Yosef en emmenant une enveloppe qui, selon les enquêteurs, aurait été remplie de billets.

Des douzaines de suspects, notamment des responsables municipaux de Rishon Lezion, des hommes d’affaires locaux et des personnalités du crime organisée, ont été arrêtés ou interrogés dans l’enquête, intitulée Affaire 1803.

Bitan est soupçonné d’avoir obtenu des pots-de-vin de la part d’organisations criminelles à Rishon Lezion après être devenu maire-adjoint de la ville en 2005, et d’avoir attribué un appel d’offres au fils de l’un de ses contacts en échange d’argent, parmi d’autres délits.

Il a été interrogé par la police à trois occasions au siège de l’unité nationale anti-fraude Lahav 433 à Lod. Chaque interrogatoire a duré plusieurs heures.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est lui-même au coeur d’une enquête policière pour corruption présumée, a apporté publiquement son soutien à Bitan, disant dimanche dernier que le député bénéficie de « la présomption d’innocence ».

« Je le respecte et je l’apprécie vraiment », a déclaré Netanyahu aux journalistes réunis à Paris où il effectuait une visite de deux jours. « Il fait un excellent travail en tant que chef de la coalition ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...