Trois jeunes Hongrois ont été condamnés par un tribunal de Budapest à lire des ouvrages sur l’antisémitisme et le racisme après avoir vandalisé des objets religieux juifs, ont rapporté des médias locaux samedi.

En novembre 2013, un bande d’hommes, tous âgés d’une vingtaine d’années, ont été identifiés par des caméras de surveillance de la police en train de renverser et fracasser des Menorahs, chandelier à sept branches juif, érigés dans les squares de Budapest pour célébrer la fête religieuse de Hanoukkah.

Le tribunal a condamné les membres de la bande à 12 et 14 mois de prison avec sursis et les a contraints à lire deux ouvrages sur l’histoire juive en Hongrie et les questions relatives aux minorités ethniques.

Ils devront en rendre compte en présentant des fiches de lecture à un responsable.

Alors que les attaques violentes à l’encontre des 100 000 membres de la communauté juive de Hongrie, une des plus grandes d’Europe, sont rares, le deuxième plus important parti du pays, le Jobbik, est souvent accusé d’alimenter l’antisémitisme.