Un Juif tué sur la place de l’Indépendance de Kiev pendant les manifestations a été enterré dimanche à Tchernivtsi, en Ukraine.

Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à l’enterrement pour lui rendre hommage.

Alexander Scherbatyuk, 46 ans, a été tué par les snipers de la police jeudi alors qu’il menait, avec d’autres vétérans d’Afghanistan, les foules dans les manifestations sanglantes contre les forces anti-émeutes du gouvernement, Berkut.

Des dizaines de personnes ont été tuées jeudi lors des violences sur cette place de l’Indépendance, et des centaines d’autres blessées quand les snipers de la police ont été déployés sur les hauteurs qui l’entourent.

Scherbatyuk et d’autres vétérans d’Afghanistan se sont impliqués dans le mouvement après que des policiers aient brutalement battu des étudiants non armés lors des premiers soulèvements publics il y a de cela trois mois.

Les mois suivants, Scherbatyuk avait formé et organisé les manifestants, anticipant d’autres incidents violents.

Le corps de Scherbatyuk a voyagé pendant 8 heures de Kiev, où il avait passé les derniers mois à se dévouer pour la cause, jusqu’à sa famille à Tchernivtsi, où il a été accueilli par sa femme et ses deux enfants.

David Benish, le chef du bureau de représentation du World ORT pour la CEI, l’Asie centrale, les États caucasiens et les États baltes, était présent aux funérailles qui se sont déroulées devant le musée d’Histoire et de culture juive bukovinienne de Tchernivtsi.

Le nombre de personnes présentes pour rendre hommage à l’homme est estimé à 10 000. Scherbatyuk, qui portait une kippa pour rappeler sa judéité, a été transporté au cimetière central de la ville.

L’un des enfants de Scherbatyuk, Dan, est en troisième au collège ORT de Tchernivtsi. « Dan est un élève brillant. Quand il a commencé à cette école, il ne connaissait rien (de juif). Maintenant il parle l’hébreu, il a des connaissances sur le judaïsme et Israël, » a raconté Benish au Times of Israel mardi, après-midi, de Kiev.

La famille Scherbatyuk avait initiallement reçu un soutien financier de 10 000 hryvnia (environ 750 euros) du World ORT pour couvrir les frais immédiats et Benish a demandé aux donateurs de continuer à les soutenir.

Benish a également fait appel aux dons pour couvrir les frais de sécurité privée des quatre écoles ORT en Ukraine.

Avec les violences dans le pays, la World ORT juge la sécurité des enfants primordiale et a utilisé les fonds d’urgence de l’école pour payer les compagnies privées de sécurité engagées.

« Pour le moment, il n’y a pas de coups de feu mais il demeure un énorme problème de sécurité…Des problèmes potentiels de xénophobie persistent – pas d’antisémitisme espérons-le, mais dans un tel chaos, ces phénomènes peuvent gagner les esprits, » selon Benish.