Des pressions de pays arabes ont contraint le Conseil des droits de l’Homme (CDH) de l’ONU à rejeter la candidature d’une universitaire américaine pour remplacer le rapporteur spécial sur la question palestinienne Richard Falk, selon des diplomates cités mercredi dans un rapport.

La position de rapporteur sur la « situation des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967 » ira finalement à l’ancien émissaire de l’ONU pour l’Indonésie, Makarim Wibisono, un virulent critique d’Israël, selon l’ONG UN Watch.

Dans une série de lettres au président du CDH Remigiusz Henczel, la Ligue arabe aurait protesté contre la candidature du professeur de droit à l’université de Georgetown Christina Cerna, car elle n’a jamais fait de déclaration indiquant clairement sa position sur les questions palestiniennes. Cerna avait pourtant reçu la recommandation unanime des 5 membres du comité d’expertise du CDH.

Wibisono est au contraire connu pour ses positions unilatérales sur le conflit israélo-palestinien.

Selon UN Watch, il a accusé Israël d’ « usage de la force déraisonnable contre les Palestiniens », « d’actes d’agression indéfendables », et de mener une « politique de châtiment contre la nation palestinienne dans son ensemble. »

Il a également évoqué la « nature dure et brutale de la politique poursuivie par la puissance occupante », accusé Israël d’être « l’agresseur et l’auteur de violence gratuite » et minimisé, à de multiples reprises, la souffrance israélienne, parlant de « la poignée d’Israéliens qui sont morts » et qualifiant la lutte d’Israël contre les tirs de roquettes et le terrorisme de « prétexte fragile. »

Wibisono, dont le pays n’entretient aucune relation diplomatique avec Israël, a également voyagé à Gaza en 2010 et rencontré les dirigeants du Hamas.

Falk, dont le mandat s’achève le 1er mai, n’a jamais manqué une occasion de descendre Israël pour ses actes, ignorant très largement la violence palestinienne.

L’émissaire américaine à l’ONU Samantha Power a affirmé lundi que le mandat de Falk comme rapporteur spécial avait « sali » le CDH.

« Sa publication de matériel étrange et insultant a sali la réputation et sapé l’efficacité du Conseil des droits de l’Homme », a déclaré Power à Reuters dans un communiqué. « Les Etats-Unis se félicitent du départ de Falk, qui s’est trop longtemps fait attendre. »

Power a également dénoncé « les rapports biaisés anti-israéliens » de Falk mais aussi « sa perpétuation nocive et scandaleuse des théories du complot sur le 11 septembre ».

Reuters cite par ailleurs des responsables à Genève confirmant que Falk ne resterait pas après le 1er mai, date à laquelle son mandat expire.

Parmi les nombreuses déclarations controversées de Falk, ce dernier a accusé Israël de « se diriger lentement vers un Holocauste palestinien », a demandé d’accorder plus de crédit aux théories du complot sur le 11 septembre 2011 (notamment l’implication du gouvernement américain) et appelé à faire taire UN Watch, un groupe qui fait partie de ses critiques les plus tenaces.

Falk n’a pas répondu à la demande de commentaire postée par JTA sur son blog.