Une jeune Israélienne de Holon sans aucune expérience en mannequinat, a signé pour devenir le modèle interne de la maison de haute couture Christian Dior. Elle a ouvert son défilé lors de la Semaine de la mode de Paris la semaine dernière.

Grande, blonde aux yeux bleus, Sofia Mechetner, fille d’immigrants de l’ex-Union soviétique, est officiellement la « nouvelle égérie » de Christian Dior, le rêve de tout mannequin.

Dans la maison modeste de Holon qu’elle partage avec sa mère et ses deux jeunes frères et sœurs, la vie de Mechetner semble à des lieues des paillettes du monde de la mode.

Sa mère occupe une série de petits boulots, des ménages dans des maisons et bureaux, de la couture et soins aux personnes âgées, et laisse souvent Sofia s’occuper de ses jeunes frère et sœur à leur sortie de l’école.

La Deuxième chaîne a accompagné Sofia pendant plusieurs jours, jusqu’à la Semaine de la mode à Paris et à sa nouvelle carrière qui allait changer sa vie. Dans un reportage diffusé vendredi soir, Sofia cuisine le déjeuner, lave et plie du linge pour sa famille en l’absence de sa mère.

Elle partage une chambre avec ses frère et sœur et a peu d’amis parce qu’elle est gênée, dit-elle, de la modestie de leur appartement. Sa mère dort sur le canapé dans le salon.

Mechetner est entrée dans le monde de la mode grâce à une série de coïncidences qui l’ont amenée à signer avec Dior, marquant sa première incursion dans le mannequinat.

L’adolescente, qui ressemble étrangement à Kate Moss jeune, a été découverte en Israël par l’agence de mannequins Roberto, dont le propriétaire a décidé que son regard était si unique qu’il prendrait le risque de viser les étoiles de Paris.

Roberto a suggéré Sofia à la petite Agence exclusive Viva à Paris, qui emploie seulement 70 mannequins dans le monde entier, dont aucun israélien. L’agence a accepté et a mis Sophia dans un avion pour une séance photo et une audition.

Mais à son arrivée, chaperonnée par un représentant de son agence israélienne, les propriétaires de Viva ont été surpris par la jeunesse de Sofia et ont annulé la séance.

Déçus, Mechetner et son escorte ont arpenté Paris. Passant devant un magasin Dior, ils ont décidé d’entrer. Le chaperon a immédiatement reconnu le chef designer de Dior, Raf Simons, qui se trouvait être dans le magasin.

L’escorte de Mechetner a affirmé à la Deuxième chaîne que Sofia a approché avec enthousiasme Simons pour prendre une photo.

Elle et Simons ont échangé leurs coordonnées, et les deux Israéliens ont quitté le magasin. Simons a alors appelé le directeur de casting de Dior pour lui parler de la jeune modèle israélienne qu’il avait rencontrée. Le directeur de casting a rapidement appelé l’Agence Viva, à la recherche de Sofia.

Les agents de Paris ont été stupéfaits de la requête pour ce jeune modèle israélien, qui n’avait même jamais participé à une seule séance de photos ou foulé une piste, mais suite à l’appel de Dior, ils se sont empressés de contacter Sofia.

Un nouveau chapitre

De retour en Israël, plusieurs semaines se sont écoulées et Sofia retournait lentement à sa routine, quand son agent israélien l’a convoquée d’urgence à son bureau. Il lui a annoncé qu’elle serait le nouveau visage de Dior.

En retour, lui a-t-il dit, elle recevra « près d’un million de shekels ».

Sofia a aussitôt appelé sa mère pour lui apprendre la nouvelle.

« Tu peux quitter ton job, maman », a-t-elle dit, entre rires et larmes.

Plusieurs jours plus tard, Sofia a suivi un cours intensif sur la façon de marcher sur une piste et a ouvert le défilé de Dior – un nouveau chapitre pour elle et sa famille.

Interrogée sur ce qu’elle fera avec son chèque d’un million de shekels, Sofia a répondu riant : « Je pense que nous déménagerons dans un appartement où j’aurai ma propre chambre. »