Une affiche recouvrant plusieurs étages d’un immeuble en travaux du quartier Baka de Jérusalem salue la promesse électorale du président américain Donald Trump de déplacer l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Le panneau, qui a été installé dans les jours précédant la prestation de serment de Trump vendredi, clame: « Mazal Tov pour votre décision de déplacer l’ambassade à Jérusalem ».

Mais l’affiche est une publicité pour un promoteur immobilier. Elle couvre la façade d’un immeuble en construction sur la route de Bethléem de la capitale, et a attiré les photographes ces derniers jours.

Les félicitations pourraient cependant être prématurées. Malgré ses promesses électorales, l’équipe de transition de Trump et les responsables de la Maison Blanche ont refusé de confirmer tout projet spécifique de déplacement de l’ambassade.

La semaine dernière, Trump a déclaré au quotidien israélien Israël Hayom qu’il n’avait absolument « pas oublié » sa promesse.

Le futur porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer sur le plateau de ABC's 'This Week.', le 1er janvier 2017. (Crédit : capture d'écran)

Le futur porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer sur le plateau de ABC’s ‘This Week.’, le 1er janvier 2017. (Crédit : capture d’écran)

Jeudi, Sean Spicer, alors futur attaché de presse de la Maison Blanche de Trump, avait déclaré que l’annonce du déplacement de l’ambassade à Jérusalem était proche.

Selon un article publié vendredi par Haaretz, les responsables de l’armée israélienne, de la police et du Shin Bet, ont présenté cette semaine au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à des ministres, dont le ministre de la Défense Avigdor Liberman et le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, plusieurs scénarios qui pourraient se dérouler après le déplacement de l’ambassade.

Le Premier ministre a ordonné aux responsables de la sécurité de se préparer à cette décision dès l’investiture de Donald Trump.

Haaretz a cité deux responsables israéliens proches du dossier déclarant que les ministres présents ont précisé qu’Israël ne possédait pas d’information certaine infirmant ou confirmant la décision de Trump, ni quand elle pourrait avoir lieu.

Des agences de presse ont contribué à cet article.