Un membre du conseil d’administration du groupe de renseignements privé israélien Black Cube s’est excusé pour le travail mené par son cabinet pour Harvey Weinstein, et a assuré qu’ils n’auraient pas aidé le producteur en disgrâce s’ils avaient su que leur travail contribuait à faire disparaître des allégations de crimes sexuels portées contre lui.

« Si nous avions su cela depuis le début, Dieu préserve, nous n’aurions pas pris ce contrat », a assuré Asher Tishler à Hadashot (anciennement la Deuxième chaîne).

« Je m’excuse d’avoir pris ce travail. »

« Quand nous avons accepté, nous n’avions aucune idée de ce qui se passait », a-t-il ajouté.

Tishler s’est également excusé auprès des femmes qui auraient été sexuellement harcelées par Weinstein.

« Nous présentons nos excuses à tous ceux qui ont été blessés », a ajouté Tishler, qui a souligné que Black Cube emploie principalement des femmes, ajoutant que la société était également impactée par le scandale. « J’ai été blessé comme vous l’avez été. »

Tishler a promis qu’il ferait don des sommes facturées à Weinstein, qui s’élèvent à 1,3 million de dollars, pour la cause des femmes.

Tishler a présenté ces excuses après que le Daily Mail a révélé l’identité d’un agent des services secrets qui a trompé au moins l’une des accusatrices de Harvey Weinstein dans le but d’étouffer les allégations d’agression sexuelle contre le producteur hollywoodien, aujourd’hui déshonoré. Il s’agit de la vétéran de l’armée de l’air israélienne, Stella Penn Pechanac.

Collage montrant la présumée agent de l’entreprise de renseignement israélien Stella Penn Pechanac (à gauche) et le producteur américain Harvey Weinstein (à droite).