Israël a mis à niveau son système de missiles de défense Dôme de fer, a annoncé jeudi le ministère de la Défense, sans fournir plus de précisions sur ces améliorations.

Une série de tests a été réalisée pour « élargir la capacité et améliorer les performances » du système, a déclaré le ministère dans un communiqué. Il a ajouté qu’Israël faisait face à « un éventail de menaces sans précédent ».

Le système Dôme de fer a été mis au point, après beaucoup de non-dits, pour contrecarrer la menace de roquettes venant de Gaza, un territoire depuis lequel le Hamas et d’autres organisations ont tiré sur Israël quelque 15 200 projectiles depuis 2001. Le système fabriqué par Rafael a été conçu pour contrer les menaces de roquettes d’une portée de 4 à 70 km.

Le 7 avril 2011, quelques jours après que le système a été rendu opérationnel, il a intercepté une roquette Grad tirée depuis Gaza. Depuis lors, le système a affiché un taux d’environ 85 % d’interceptions, détruisant ou détournant les projectiles.

Des soldats israéliens autour du système de protection anti-missile Iron Dome (Crédit : Flash90)

Des soldats israéliens autour du système de protection anti-missile Iron Dome (Crédit : Flash90)

Pendant la guerre de l’été dernier dans et autour de la bande de Gaza, le Hamas et d’autres organisations terroristes ont tiré 4594 roquettes sur Israël. Parmi elles, le système a choisi d’intercepter 799 projectiles – puisqu’il est conçu pour se concentrer uniquement sur les missiles constituant une menace pour les zones peuplées – en frappant 735 et en manquant 64, selon un reportage de la Deuxième chaîne.

Vers la fin de la guerre, le Hamas s’est focalisé sur des tirs de mortier de courte portée ; le système n’a pas été conçu pour les intercepter. D’autres tentatives ont été faites par le Hamas pour augmenter la cadence de tir de manière à submerger le système et pour acquérir des fusées lourdes et plus longues qui dépassent les limites du Dôme de fer.

Israël, tout en menant le grand frère du Dôme de fer, David’s Sling [la Fronde de David] à un état opérationnel, a également augmenté la performance du système existant.

Néanmoins, en particulier dans la perspective d’une guerre contre le Hezbollah, qui possède plus de roquettes et de missiles, et qui est susceptible d’ouvrir un futur conflit par un blitz, l’armée a préparé le public à des résultats moins brillants.

« L’écriture est sur le mur et la déception viendra », a averti le commandant de l’Armée de l’Air, le général Amir Eshel, peu après l’Opération Bordure protectrice de l’été dernier. Il a jugé « exceptionnel » le Dôme de fer dans une interview avec le magazine trimestriel de l’Armée de l’Air, mais a ajouté que durant la prochaine guerre, « nous n’aurons pas la même réussite dans la protection que ce que nous avons connu pendant l’Opération Bordure protectrice ».

Uzi Rubin, un ancien chef de l’organisation de défense antimissile d’Israël au ministère de la Défense, a déclaré qu’il n’y a pas de changement des règles du jeu dans le conflit en cours avec les ennemis d’Israël. Chaque côté continue à développer la technologie dont il a besoin. Les fusées engendrent la technologie anti-fusée. Des lanceurs multi-roquettes engendrent des batteries supplémentaires du Dôme de fer, etc.

« Il n’y a pas de gagnant ultime, avait-t-il déclaré au Times of Israel en 2012. C’est un jeu sans fin. »